Préparatifs de l’aid EL fitr au Niger : les cœurs en fête, les têtes pleines de soucis

Soumis par lawan le ven, 31/05/2019 - 16:39
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey 31 (ANP)- Les musulmans du Niger ont  entamé la dernière décade du mois béni du  ramadan et ses   des  veillées de prières et d’invocations  qui marque aussi les préparatifs de la fête ou l’Aid El fitr.
Sur les marchés, dans les bureaux, dans les ateliers et dans la rue, la fête du mois béni de ramadan est au centre de toutes les conversations.
La fin du mois béni les fidèles veulent tous le célébrer dans la tradition musulmane au Niger. Une tradition faite de ferveur, de tolérance, de pardon. de partage et de solidarité pour rendre grâce à Allah pour sa miséricorde  et sa bonté infinie.
Apres les épreuves de foi  au cours de ce mois – abstinence,  des prières surérogatoires- , les fidèles sont confrontés à la surenchère des prix des différents  produits de la fête de « Ramdam ».
Les ingrédients pour le repas de la fête partagé  avec les voisins et les parents nécessairement copieux  et abondant. sa principale composante est la volaille qui commence à  flamber sur les différents marchés de la capitale.
La pintade se vend mardi dernier entre  4500 FCFA à 5 000 FCFA tandis que le poulet s’achète entre  3 500 FCFA  à 4 000 FCFA  pour la volaille locale sur le marché de  Koiratégui.
En ce qui concerne  les condiments, on constate  une flambée des prix malgré leur disponibilité sur les marchés de Koirataguy et de Darassalam de Niamey. Les  tomates, le  poivron  et d’autres produits ont enregistré une montée de prix.
Pourtant, les commerçants avaient pris  un engagement public à garder le même niveau de prix jusqu'à la fin du mois de ramadan.
Ils jurent la main sur le cœur que la hausse est indépendante de leur volonté mais qu’il faut voir du coté des grossistes producteurs  qui contrôlent la chaine de commercialisation.
« Les commerçants n’ont pas tenu parole nous indique une hadja derrière ses verres fumés. Nous nous remettons au bon Dieu pour qu’il agrée nos prières» et « tout compte fait leur cupidité ne va  pas empêcher  aux musulmans de fêter incha Allah »  renchérit une autre dame  ayant suivi notre conversation.
Après cet épisode vient le chapitre des habits pour la fête et autres soins de beauté. IL faut compter avec les incessants faux rendez vous du tailleur. Les  coupures  continues d’électricité s’y mêlent pour gâcher la fête pour les couturiers et autres tenanciers de salons de coiffures et de beauté  et de …leurs clients.
MHM/CA/ ANP -   00 154 mai 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT