Aller au contenu principal

Niger : Plus de 93 milliards de CFA, la valeur de drogue saisie entre 2015 et janvier 2022 par l’OCRTIS (porte-parole Gouvernement)

Niamey, 10 jan (ANP)-Au  Niger, l’office central de répression  du trafic  illicite  des stupéfiants (OCRTIS, gouvernemental) a saisi, entre 2015 et le 3 janvier 2022, un cumul de drogue qui se chiffre à 93.643.473.997  francs CFA, selon le Ministre de l’élevage, porte-parole de Gouvernement Tidjani  Abdoul Kadri lors d’une conférence de presse, ce lundi 10 janvier 2022 à Niamey.

Le Ministre porte-parole du gouvernement nigérien a Co-animé cette conférence de presse avec son homologue de l'intérieur et de la décentralisation, Hamadou Souley.

Selon Tidjani Abdoul Kadri, diverses catégories de drogues ont été appréhendées par l’OCRTIS depuis sa création en 2015, à la date du 3 janvier 2022, où l’office a réalisé la saisine-record de plus de 200 kg de cocaïne, d’une valeur de 11 milliards de FCFA, prise dans le véhicule de fonction du Maire de Fachi (Bilma/région d’Agadez).

A ce jours, le bilan de drogues saisies depuis 2015 est de 32 tonnes et 336,538 Kg d’herbe de cannabis ; 21 tonnes et  466,986 Kg de résine de cannabis et 16.212.035 comprimés de Diazépam.

 Le bilan fait également ressortir  50.972.651 comprimés de Tramadol; 228, 185 Kg de cocaïnes ;  121.038 comprimés d’Amphétamine ; 8, 098 Kg  de Métamphétamine ;  2, 211 Kg de Crack ; 1.353 comprimés d’Ephédrine et  481,75 grammes d’héroïne.

Selon la même source, 16.046 personnes, dont 15.709 hommes et  337 Femmes, ont été interpellées durant la même période.

Durant cette rencontre avec les organes de presse, Tidjani Abdoulkadri a indiqué que « le trafic de drogue génère énormément d'argent aux trafiquants », avant d’ajouter qu’il « constitue la base architecturale du terrorisme, de blanchement d'argent et d'autres formes de criminalités transnationales ».

Le Ministre Tidjani Abdoulkadri a, par la suite, réaffirmé « la ferme volonté du Gouvernement à intensifier les efforts pour traquer, appréhender, et traduire devant les tribunaux, tous les auteurs et complices des trafics des stupéfiants qui constituent une menace pour la paix, la sécurité, l'économie et la santé publique ».

Il a, pour la circonstance, rappelé les « efforts inlassables déployés » par les pouvoirs publics pour lutter contre le trafic illicite de la drogue et d'autres substances psychotropes au Niger.

Au regard de la gravité et des conséquences du trafic et contrairement aux allégations faisant état de l'absence des poursuites judiciaires, le Ministre de l'élevage porte-parole du gouvernement a apporté quelques précision.

Ainsi, a-t-il révélé, de 2015 à 2022, 34 dossiers traitant du trafic de stupéfiants ont été transmis à la justice. Il faut noter 10 ont été déjà jugés et 24 autres sont en instruction.

Cette rencontre, a fait remarquer le Ministre de l'élevage, porte-parole du gouvernement, participe des échanges périodiques qu'il compte instaurer pour traiter des thématiques sectorielles et accroitre la visibilité de l'action gouvernementale.

MSB/AS/ANP 0029 Janvier 2022.