Aller au contenu principal

Hadj 2022 : jour du premier vol ce jeudi 23 juin, jour de toutes les inquiétudes

Niamey, 23 juin (ANP) – le Commissariat à l’Organisation du Hadj et de la Oumra (COHO) avait annoncé ce jeudi 23 juin 2022, jour du premier vol des pèlerins à destination d’Arabie Saoudite pour accomplir l’un des cinq piliers de l’Islam.

Après deux années d’interruption causée par la survenue de la pandémie de la Covid 19, l’organisation du Hadj de cette année se déroule dans un contexte très particulier caractérisé par, le retard  accusé dans l’annonce de son organisation, intervenue le 9 avril 2022 par voie de presse.

Cette année, l’organisation du Hadj reprend avec un quota mondial de 1.000.000 de pèlerins, soit 45,27% du quota habituel. Le Niger a bénéficié d’un quota de 7.194 pèlerins repartis à 5.975 pour les vols charters (90%) et 719 en vols réguliers (10%).

Cette année est particulièrement difficile pour  les  promoteurs des agences de voyages pour le Hadj et la Oumra. Après l’enregistrement des pèlerins au niveau de ces agences, celles-ci doivent à nouveau constituer des dossiers pour enregistrer leurs candidats en ligne sur la plateforme Gestion Automatisée du Hadj et de la Oumra (GAHO).

« Nous sommes nouveaux et ignorants à ce procédé, et comme nous sommes obligés de le faire, nous avons dû faire appel  du faire appel à des prestataires que nous avons payés pour nous le faire » avait estimé Hadjia Habsatou, une promotrice d’agence de voyage de la place.

A cela s’ajoute le  nombre très réduit du quota,  attribué aux 210 agences de voyage recensées. « Nous sommes une agence qui regroupe en son sein plusieurs autres agences et chaque année, le nombre des candidats au Hadj  que nous enregistrons tourne autour de 700 à 900 personnes. Nous nous retrouvons avec moins de 200 places pour l’inscription automatique du GAHO » selon Cheikh Abdallah, Directeur général d’une autre agence.

« Les dossiers que nous envoyons pour l’inscription au GAHO nous causent aussi d’énormes problèmes dont nos pèlerins n’arrivent pas à comprendre ou à accepter. Même étant sélectionnés pour cette inscription, les dossiers sont envoyés en Arabie Saoudite en vue de statuer sur les autorisations des visas, en se basant sur le respect des normes sanitaires et de l’âge des candidats » ajoute-t-il.

Les dossiers nous reviennent avec des rejets de visa, pour non-conformité aux normes sanitaires ou pour l’âge, qui est limité à 65 ans. « Des fois les dossiers sont rejetés pour des problèmes qui ne sont pas  les nôtres, ou pour des dossiers incomplets ou falsifiés » indique Cheikh Abdallah.

Le COHO a lui-même reconnu que la phase d’enregistrement automatique GAHO, « a connu des petites perturbations le jour de son lancement, le lundi 6 juin 2022 à 8 heures. Ces perturbations sont dues essentiellement à l’occupation simultanée de la plate-forme d’environ 1.500 utilisateurs pour 210 agences et des tentatives de fraude de certaines agences. Ce qui a conduit à la suspension momentanée des opérations ».

Les agences de voyages sont toujours dans  des explications avec les pèlerins qui ne comprennent pas comment ils ont versé la totalité des frais, avec leurs dossiers au complet, et qu’ils se voient refuser le visa, parce que deux heures trente minutes ont suffi pour consommer l’ensemble du quota.

Hadjia Djamila, membre d’encadrement d’une agence de voyage, confiait que « pour la première fois, nous ne savons pas quoi dire à nos pèlerins qui ont versé leur argent et qui se trouvent en règle, mais qui ne peuvent pas accomplir leur Hadj cette année. Certains avaient payé depuis l’année dernière ».

Pour ceux qui comprennent, ils se disent que ce sera pour la prochaine fois, d’autres préfèrent  laisser  leur argent avec les agences pour les prochaines éditions, « mais ceux qui veulent récupérer leurs frais déjà versés, nous leur remboursons » disait-elle.

Du côté des candidats au pèlerinage, l’inquiétude est à son comble. La majeure partie d’entre eux n’ont aucune certitude d’accomplir ce rituel. Les agence sont trop débordées et confuses pour annoncer aux candidats, la confirmation de leur voyage.

« Nous avons payé les frais du Hadj, nous avons fait toutes les formalités administratives et sanitaires. Notre agence nous a notifié que nos noms se trouvent sur la liste des admis, mais je ne serai tranquille que quand je me vois en Arabie Saoudite pour être sûr que je vais accomplir le Hadj de cette année » affirme avec quiétude,  Nouraddine Almou, un des candidats au Hadj pour cette année.

 Pour Hadjia Amina Dicko, le flou a toujours régné autour de l’organisation du Hadj dans ce pays, « nous sommes en contact permanent avec notre agence de voyage, si on nous convoque de venir nous allons venir pour voir ce qui va se passer. Le Hadj est toujours une affaire de chance ».

Il est vraiment difficile de rencontrer un candidat qui puisse affirmer avec certitude, qu’il va accomplir ce 5e pilier de l’Islam. Ce qui est vrai, c’est qui le premier vol est  prévu pour ce jeudi 23 juin 2022, et que le quota attribué au Niger est atteint.

SML/ANP/165/JUIN 2022