Aller au contenu principal

Diffa N’glaa : A la découverte du patrimoine culturel de la communauté Yedina ou Boudouma

Diffa, 15 déc (ANP)-En marge des activités d’éducation au patrimoine entrant dans le cadre de la célébration du 63ème anniversaire de la proclamation de la République du Niger ou fête tournante du 18 décembre, appelée ‘’Diffa N’glaa’’ pour cette édition, la communauté  Yedina ou Boudouma a mis en valeur son patrimoine culturel à travers une exposition à la Maison des Jeunes et de la Culture Madou Manama Baloumi de Diffa.

Les ‘’Yedina’’ ou’’ Buduma‘’ vivent dans les parties humides du bassin du lac Tchad comprises entre les territoires tchadien, nigérien, nigérian et camerounais. Les résultats des matrices de recensement des communes de Bosso et N’Guigimi ont dénombré qu’au Niger, il y a 18291 Yedina répartis dans 18 villages administratifs et îles.

L’habitat traditionnel des Yedina est constitué de deux compartiments qui servent de salle à coucher et de salon pour recevoir les invités. A cet habitat s’ajoutent  quelques outils culturels utilisés pour se protéger contre les agressions. Il s’agit notamment d’une grande lance; plus trois petites autres lances; d’un grand couteau ; d’une cravache en peau d’hippopotame et d’un bâton, et des images  de spécimen de l’emblématique’’ vache Kuri ‘’.

M. Hassane Malam Laminou nous fait découvrir  en quelques minutes le patrimoine de la communauté Boudouma.

A travers ses explications, l’exposant annonce  que le Boudouma est une communauté qui vit principalement de l’élevage, de la pêche et de l’agriculture.

L’exposant  de faire savoir qu’avec le changement climatique et la situation sécuritaire dans le bassin du lac, les Yedimas  ont des difficultés  sur le plan financier, c’est difficilement qu’ils parviennent à subvenir à leur autonomie économique.

 Hassane Malam Laminou regrette, par ailleurs,  que les différents recensements de la population n’ont jamais recensé les yedina en tant qu’ethnie à part entière, mais toujours assimilés aux Kanuri.  ‘’Malheureusement les gens n’ont jamais compris que le Boudouma  est un peuple à part, ils ont leur  langue le Yedinami’’, a-t-il dit.

Aussi  sur le plan éducatif, M. Hassane Malam Laminou de déplorer  le fait que leur zone ne dispose que  de 5 écoles primaires pour 81 villages administratifs.

Avant de solliciter l’aide du gouvernement dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie de cette communauté, M.Hassane Malam Laminou demande au gouvernement  d’accorder ‘’une attention à  la représentativité  de leur communauté aux hautes fonctions de  l’administration publique’’.

L’exposant a, enfin, rapporté que les ‘’yedina sont cousins à plaisanterie des Zarma et des Touareg parce qu’ils seraient descendants d’un même ancêtre connu sous le non de Mandela Rihi.

Les Yedina ou Boudouma sont repartis en 4 grands groupes, à savoir BUJIA ; MAYWOJIA; MAYBULUA ; KURIKARIA, eux même subdivisés en plusieurs clans.

L’ancêtre des yedina du nom de ZIYA ZINE serait venu d’une région de la péninsule arabique il y’a 1129 ans et que ses descendants devenus yedina s’établirent à Boulan (actuelle république du Tchad) avant de migrer vers le Niger et le Nigeria, indique –t-on.

AIO/AS/ANP décembre 2021