Aller au contenu principal

Permettre aux pays pauvres d’accéder aux futurs vaccins contre la Covid 19

NIAMEY, 30 Sept (ANP) -  La Covid-19 a franchi cette semaine la barre du million de morts avec  1 005 981 morts dans le monde depuis que le bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)  en Chine a fait état de l'apparition du virus fin décembre 2019.

Depuis lors, la communauté internationale se mobilise dans la prévention de la pandémie, mais surtout dans l’élaboration et la mise en œuvre du futur vaccin contre la Covid 19.

Et cette mobilisation s'accélère pour permettre particulièrement aux pays pauvres, d'accéder au futur vaccin contre la Covid-19. C’est pourquoi,  la Banque Mondiale a demandé à son Conseil d'administration d'approuver un financement supplémentaire de 12 milliards de dollars pour aider les pays pauvres à acheter et distribuer des vaccins, un financement qui s'appuiera sur les programmes d'intervention d'urgence que la Banque a déjà mis en œuvre dans 111 pays.

Cent millions de doses supplémentaires de ce futur vaccin ont, par ailleurs, été réservées pour les pays pauvres, selon l'Alliance pour les vaccins (GAVI) qui collabore avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

 "Aucun pays, riche ou pauvre, ne doit être laissé en queue de peloton en ce qui concerne le vaccin contre la Covid-19", a souligné le Dr Seth Berkley, Directeur général de la GAVI, organisation qui collabore avec l'OMS.

"Un vaccin doit être disponible et accessible à tous", a  souligné, quant à lui, le Secrétaire Général de l'ONU Antonio Guterres. "Un leadership responsable compte, la science compte, la coopération compte et la désinformation tue", a-t-il ajouté.                 

L'OMS et ses partenaires ont promis 120 millions de tests pour les pays les plus démunis, à condition toutefois de trouver l'argent pour les acquérir.

Selon l'OMS, là où les pays riches réalisent en moyenne 292 tests pour 100 000 habitants, les pays à revenu faible et intermédiaire n'en font que 61 et les pays à faible revenu, 14.  

Entre temps,  le virus circule de manière inquiétante en Europe entraînant de nouvelles mesures de restriction. Quelques 5,4 millions de cas ont été recensés au total sur le continent, dont près de 231 000 ont été mortels.

L'Irlande du Nord, l’Allemagne, la France entre autres,  ont déjà ordonné aux bars et restaurants de fermer, avec aussi  d’autres  nouvelles mesures face à une augmentation des infections dans ces pays.

Les États-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de morts que de cas, avec 205 895 décès pour 7 186 527 cas recensés. Suivent le Brésil avec 142 921 morts, l'Inde avec 96 318 morts, le Mexique avec 76 603 morts et le Royaume-Uni avec 42 001 morts.

Pour le cas du Niger, la situation reste sous contrôle sur l’ensemble du pays. Les autorités insistent toujours sur les mesures préventives, notamment le port des masques, le lavage des mains et la distanciation sociale, en attendant la mise en œuvre du vaccin.

Le gouvernement continue la campagne de sensibilisation pour limiter la propagation de la pandémie et anéantir le virus au Niger qui, à la date du 29 septembre 2020, a enregistré 1196 cas confirmés, 69 décès, 1110 guéris et 17 cas sous traitement, rappelle-t-on.

SML/AS/ANP 178 septembre 2020