Aller au contenu principal

Ouverture de la 58ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO avec la participation du Président Issoufou Mahamadou

NIAMEY, 23 Janvier (ANP) - La 58ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est ouverte ce samedi 23 janvier 2021 par visioconférence, avec la participation du Président de la République Issoufou Mahamadou.

Sous la présidence du Chef de l’Etat ghanéen, cette session aura à examiner plusieurs points inscrits à son ordre du jour dont, entre autres, la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19, la question de la monnaie unique de la CEDEAO, la situation sécuritaire, ou encore la transition politique au Mali et la tenue des élections dans plusieurs pays membres de l’Organisation.

En procédant à l’ouverture de cette session, le Président du Ghana Nana Akufo-Addo, après avoir rappelé que l’année 2020 a été difficile du fait des conséquences négatives de la Covid-19 sur tous les secteurs de la vie socioéconomique, a insisté sur la nécessité de renforcer l’unité et la solidarité au sein des pays membres de l’Organisation communautaire.

Le Chef de l’Etat ghanéen a ensuite salué les efforts remarquables que les pays membres de la CEDEAO ont consentis dans la lutte contre cette pandémie et dans la mise en œuvre des différents protocoles.

Sur le projet de la monnaie unique CEDEAO qu’il conduit avec le Chef de l’Etat nigérien, le Président Nana Akufo-Addo a suggéré que les difficultés rencontrées ne soient pas un handicap dans la commune volonté des Chefs d’Etat de la CEDEAO à disposer de cette monnaie, surtout après la mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continental Africaine (ZLECAf).

Auparavant, le président de la Commission de la CEDEAO, M. Jean-Claude Kassi Brou a fait remarquer qu’avec la 2ème vague de la Covid-19, la question de la vaccination est aujourd’hui d’une nécessité urgente.

Il a également fait savoir que les perspectives économiques s’annoncent meilleures en 2021 en dépit du péril terroriste qui plane sur certains pays de la Communauté, mais dont la mise en œuvre du plan de réponse adopté par la CEDEAO en fin 2019 permettra de juguler.

Il s’est surtout réjoui du fait que toutes les Institutions de la CEDEAO fonctionnent normalement et continueront à œuvrer pour la paix, la sécurité et le développement.

Les représentants de l’Union Africaine (Ismael Chergui), de l’ONU (Mohamed Ibn Chambas) ont tour à tour pris la parole pour non seulement saluer la parfaite collaboration entre leurs Institutions et la CEDEAO, mais aussi pour rassurer de leur volonté à travailler ensemble pour faire face à tous les défis qui entravent le développement des pays membres de la CEDEAO.

KPM/ANP- Janvier 2021