Aller au contenu principal

Niger : Le Ministère de la Défense réfute le rapport de la CNDH sur des violations présumées des droits humains par l’Armée

NIAMEY, 15 Septembre (ANP) - Le Ministère de la Défense Nationale, dans un communiqué publié le vendredi 11 septembre 2020, a réfuté les conclusions du rapport de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) sur des violations présumées des droits humains par les Forces de défense et de sécurité (FDS) du Niger dans les localités d’Inatès et d’Ayorou (Région de Tillabéry).

En effet, selon le rapport de la CNDH rendu public le 4 septembre 2020, des éléments de l’armée nigérienne seraient impliqués dans l’exécution sommaire de 71 civils dont les corps ont été exhumés dans six (6) fosses communes au niveau des localités précitées.

Mais le Ministère de la Défense Nationale proteste contre cette "grave affirmation" et indique que « l’armée ne se reconnait nullement à travers les conclusions de la CNDH surtout lorsqu'il est précisé au point 3 des conclusions dudit rapport "qu'il n'y a aucun doute que les auteurs sont des éléments des Forces de Défense et de Sécurité (FDS)" ».

Tout en regrettant qu'une telle affirmation « pourrait être de nature à saper le moral des troupes, discréditer leurs actions dans leur combat contre les Groupes Armés Terroristes, les Groupes Criminels Organisés et troubler la sérénité de la conduite des opérations », le Ministère de la Défense a tenu à informer l’opinion nationale et internationale que les FDS nigériennes « ont toujours fait montre de professionnalisme en respectant les Droits de l'Homme dans l'exécution de leurs missions ».

Après avoir rappelé que « les personnels des Forces Armées Nigériennes reçoivent, dès leur formation initiale, un enseignement sur le droit de la guerre », le communiqué précise que « chaque opération militaire comporte, dès sa conception, un volet consacré précisément aux régies d’engagement encadrant le comportement des troupes sur le terrain vis-à-vis des populations civiles ».

Bien plus et parce que « le déplacement d'individus ou de Groupes Armés Terroristes dans certaines contrées de notre pays en véhicules fussent-ils des "gros engins" et arborant des tenues aux couleurs ou aux motifs militaires, ne saurait non plus suffire pour faire d'eux des personnels des FAN », le Ministère de la Défense Nationale a réitéré « sa confiance aux Forces de Défense et de Sécurité dans leur mission de défense de l'intégrité du territoire National », avant de saisir cette opportunité « pour rappeler à la population que les FDS sont engagées nuit et jour, au péril de leur vie, à assurer la libre circulation des personnes et de leurs biens sur l'ensemble du pays ».

« II ne saurait en être autrement et les orientations vers lesquelles voudraient tendre les conclusions du rapport ne sauraient faire illusion, conclut le communiqué.

KPM/ANP-087 Septembre 2020