Aller au contenu principal

Niger : L’IDA débloque 250 millions de dollars US pour améliorer la résilience aux inondations et l'accès aux services essentiels (BM)

Niamey, 16 avr (ANP) – La Banque mondiale a, selon un communiqué de l’institution publié le vendredi 15 avril 2022, approuvé un financement de l’ordre de 250 millions de dollars US de l'Association internationale de développement (IDA) pour renforcer la résilience des villes face aux chocs climatiques et pour assurer une meilleure gestion urbaine dans le pays.

Le communiqué de la banque mondiale précise que ce financement ‘’permettra au Niger de renforcer la résilience des villes face aux chocs climatiques et d’assurer une meilleure gestion urbaine’’ tout en expliquant que ‘’le projet pour le développement urbain intégré et la résilience multisectorielle au Niger s'attache à faire face aux conséquences d’une croissance urbaine rapide et aux risques élevés d'inondation, selon une approche intégrée qui soutient le développement urbain et la gestion des risques de catastrophe’’.  

Le Niger, rappelle la Banque mondiale connaît ‘’un processus d’urbanisation naissant, avec une population citadine en plein essor’’ rendant ainsi ‘’les communes très vulnérables aux risques grandissants du changement climatique, comme les inondations, les sécheresses et les épisodes de canicule’’.

En 2020, poursuit le même communiqué, ‘’le Niger a subi l'une des plus graves inondations de son histoire, avec plus de 32 900 habitations détruites et 3 082 hectares de cultures irriguées submergées par les eaux. Le bilan humain fait état de 350 915 sinistrés, dont 70 décès. Les femmes et les enfants sont particulièrement vulnérables aux événements climatiques extrêmes’’. 

‘’Les récentes inondations au Niger en 2020 ont eu de lourdes conséquences, et, le changement climatique risquant d'exacerber la fréquence et l'intensité des catastrophes naturelles’’ souligne Pierre Xavier Bonneau, responsable par intérim des opérations de la Banque mondiale pour le Niger, rapporté par le communiqué.

Pour lui, ‘’il est essentiel d'investir dans la préparation et la prévention des crises. Ce projet renforcera la résilience des plus vulnérables et contribuera à une reprise durable dans les zones les plus touchées’’.

‘’Financée à hauteur de 250 millions de dollars par l'Association internationale de développement (IDA), la nouvelle opération vise à accroître la résilience aux inondations et à améliorer la gestion urbaine et l'accès aux services de base dans 25 communes du Niger’’ précise toujours le communiqué de la Banque mondiale.

Ce sont, ‘’environ 3,4 millions de personnes, y compris des réfugiés et des personnes déplacées, qui bénéficieront du projet d'ici à 2028’’ détaille la Banque mondiale pour qui ce projet contribuera à ‘’soutenir les efforts de relèvement et de reconstruction après les inondations de 2020 et accroître la résilience aux inondations dans 14 villes du pays, à améliorer l'accès aux infrastructures urbaines et aux services de base, en procurant aux communes diverses options d'investissement visant à répondre à leurs priorités spécifiques, ce qui les rendra plus résilientes aux inondations et aux épisodes de chaleur extrême, et à élaborer un programme d'assistance technique permettant de renforcer la capacité des municipalités à améliorer la gestion urbaine au quotidien’’. 

Le communiqué de la Banque mondiale rappelle, enfin, que ‘’ce projet s'inscrit en droite ligne de l’actuel cadre de partenariat du Groupe de la Banque mondiale avec le Niger (2018-2022), ainsi que du Plan de développement économique et social (PDES) 2017-2021 du pays’’.

AS/ANP avril 2022