Aller au contenu principal

Niger : Enivrons 1 magistrat pour 49.000 habitants

Niamey, 27sep(ANP)-Au Niger avec 449 magistrats en activité, le ratio populations-magistrats est de l’ordre de 49.000 habitants pour (1) un magistrat.

Ce chiffre a été donné par le chef de l’Etat M. Bazoum Mohamed lors de son intervention à l’occasion de l’ouverture de la session du Conseil Supérieur de la Magistrature, ce lundi 27 septembre 2021.

 Très loin du standard défini par les Nations Unies, qui est de 1 magistrat pour 10.000 habitants, à cet état de fait, le président de la république du Niger entend ‘’poursuivre fermement les efforts de formation des magistrats afin d’améliorer significativement ce ratio, mais aussi obtenir une meilleure adéquation magistrats-greffiers pour permettre à notre justice de gagner en efficacité et en célérité’’.

Le chef de l’Etat nigérien de reconnaitre qu’une justice de qualité repose aussi sur un cadre de vie et de travail progressivement amélioré, c’est donc face à tous ces défis que pour le budget de l’année 2022, ‘’j’ai décidé de rehausser très significativement le budget du Ministère de la Justice, conformément à l’engagement que j’ai pris devant les représentants des magistrats du SAMAN que j’ai reçus dans cette même salle’’ a-t-il annoncé.           

En effet, a-t-il détaillé, ‘’de 13,02 Milliards en 2021, il va passer à 19,24 Milliards en 2022, soit une hausse de 47,7% entre les deux années. En valeur absolue, cela fait une augmentation de 6,22 Milliards’’.

Aussi, le chef de l’Etat d’ajouter que dans sa volonté d’améliorer de manière continue les performances du système judicaire du Niger.

 ‘’Je veillerai à ce que la Programmation Pluriannuelle des Dépenses du secteur de la Justice reflète cette ambition que j’ai de rapprocher la justice du justifiable et de fournir à nos concitoyens un service de justice de qualité’’, s’est –t-il engagé avant de promettre qu’il  veillera également à ce que les manquements, ‘’les fautes disciplinaires et autres atteintes à la probité des membres du corps judicaire soient traités, de façon vigoureuse, sans équivoque, conformément au statut de chaque catégorie’’.

 Le chef de l’Etat nigérien de prévenir que ‘’la politique pénale du gouvernement ne fera place à aucun atermoiement dans le traitement des dossiers dont sont saisis les tribunaux. La justice ne saurait être ce régulateur vers lequel accourent les citoyens lorsqu’elle-même est minée de l’intérieur par des pratiques corruptives et autres actes qui exhortent au déni de justice’’.

‘’Cette justice que nous avons voulue indépendante par notre loi fondamentale, animée par des magistrats nommés en toute transparence, doit inspirer le respect de tous nos concitoyens afin que, par ses sanctions, elle raffermisse notre vivre ensemble et notre cohésion nationale’’ a poursuivi le Président Bazoum.

A l’issue de cette rencontre, le conseil procédera aux nominations et affectations des magistrats, rappelle-t-on.

AIO/AS/ANP 0179 septembre 2021