Aller au contenu principal

Niamey : La question sécuritaire au centre d’une rencontre entre le bureau de l’Assemblée Nationale et le SG de l’ONU

Niamey-2 mai (ANP)-Le bureau de l’assemblée nationale du Niger, sous la conduite du 1er vice-président de l’institution, Kalla Ankourao, a rencontré, dans l’après-midi de ce lundi 2 mai 2022, une délégation de l’ONU conduite par son secrétaire général, M. Antonio Guterres avec au centre des discussions la question sécuritaire au Niger.

En prenant la parole à cette occasion, Kala Hankourao a non seulement souhaité la bienvenue à leur hôte, mais aussi invité le groupe parlementaire a recevoir ‘’avec chaleur et différence pour l’honneur que cette imminente personnalité fait à notre représentation nationale’’.

En soulevant le contexte sécuritaire, qui est d’ailleurs l’objet de cette rencontre, le 1er vice-président de l’assemblée nationale indiqué à la délégation onusienne que ‘’ce contexte assez particulier que nous partageons avec nos voisins du sahel nous rend, mes collègues et moi, encore plus sensibles à la marque d’attention que vous nous témoignez avec cette visite au moment où nous sommes le plus dans le besoin’’.

En plus des deuils répétitifs, a poursuivi Kalla Hankourao,’’ la conséquence visible est la multiplication de camps de réfugiés et de déplacés internes qui fragilise les équilibres économiques des zones concernées’’.

‘’Ce terrorisme qui menace de prendre demeure au Sahel constitue aujourd’hui la problématique centrale dont le traitement conditionne le développement économique et social de nos Etats’’ a-t-il fait savoir.

Ainsi, a-t-il ajouté, ‘’l’assemblée nationale soutient les stratégies de riposte du Gouvernement tout en restant dans le cadre strict de ses prérogatives constitutionnelles et participe à l’effort d’ensemble, par les votes de lois, notamment en adaptant la législation nationale à la situation créée par le terrorisme’’.

Par conséquent, les parlementaires des pays composant le G5 Sahel, sur proposition de l’assemblée nationale du Niger, a rappelé le 1er vice-président, se sont ‘’retrouvés à Niamey en Juillet 2018 pour créer un Comité Interparlementaire afin d’accompagner et de soutenir les efforts des gouvernements dans la lutte commune’’.

En plus de la question sécuritaire, le quotidien de parlementaire est fait de nombreuses autres préoccupations dont entre autres la sécurité alimentaire.

En effet, a-t-il fait savoir, ‘’notre dernière campagne agricole a été largement déficitaire en raison de la conjugaison de nombreux facteurs comme le déficit hydrique et surtout la perturbation du contexte sous régional et même international’’ ce qui pourrait, selon lui, ‘’se transformer en famine dans de nombreuses zones du pays si la communauté internationale ne nous appuie pas’’.

Quant au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour qui la plus grande préoccupation est celle de la sécurité, il a apprécié le courage et la capacité de la zone du sahel à combattre le terrorisme et admiré particulièrement ‘’la résilience du peuple nigérien qui fait face à un si grand nombre de défis et qui, en même temps, a gardé sa solennité, sa cohésion et l’espoir d’un développement durable’’.

Pour combattre le terrorisme, a-t-il expliqué, ‘’il faut qu’il y ait des force africaines robustes, par conséquent, la communauté internationale a cette obligation d’investir dans le renforcement des forces militaires, l’équipement et dans bien d’autres domaines’’.

‘’Les Nations-Unies vont se battre du point de vue finance, alimentaire pour que des pays comme le Niger ne souffrent pas d’une façon encore plus dramatique’’ a-t-il réaffirmé tout en assurant la représentation nationale de leur ‘’engagement et solidarité sur le plan sécuritaire et du développement durable ainsi qu’aux financements pour protéger le Niger de ces crises extérieures’’.

Notons que l’Afrique étant le continent qui, pendant plusieurs décennies, avec une croissance la plus rapide, est maintenant la grande victime de plusieurs crises.

Rappelons également que la délégation onusienne est au Niger dans le cadre d’une visite de travail de 48 heures. 

DBZ/AS/ANP 015 mai 2022