Aller au contenu principal

La Loi sur la sécurité à Hong Kong bénéficie du soutien de la communauté internationale (Diplomatie)

Niamey, 09 juillet (ANP) - L’adoption et la mise en vigueur de la loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la Région Administrative Spéciale de Hong Kong (RASHK) ont bénéficié de large compréhension et soutien de la communauté internationale, dont le Niger, a indiqué, dans un communiqué, l’Ambassade de la République Populaire de Chine au Niger et dont l’ANP a reçu copie.
Ce document rappelle d’abord que c’est le 30 juin 2020 que la loi de la République Populaire de Chine sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) a été adoptée lors de la 20ème session du Comité permanent de la 13ème Assemblée Populaire Nationale (APN), et a été mise en vigueur le même jour.
Cette loi, ajoute le communiqué, « vise à préserver efficacement la sécurité nationale de la Chine, garantir les droits et les libertés des Hongkongais et assurer la stabilité et la prospérité à long terme à Hong Kong, constitue un jalon important pour le maintien et l’amélioration du cadre institutionnel du principe d’"un pays, deux systèmes" dans de nouvelles circonstances ».
Le même communiqué explique que l’adoption de cette loi « relève du pouvoir législatif du gouvernement central de la Chine, dont le but consiste à garantir la stabilité et la prospérité de Hong Kong et à combler les lacunes du système juridique dans le domaine de la sécurité nationale ».
Tout en relevant que cette pratique est appliquée dans plusieurs pays du monde, notamment au Royaume-Uni et aux Etats-Unis d’Amérique, l’Ambassade de Chine au Niger, après avoir rappelé que Hong Kong est une région administrative spéciale de la Chine et que « ses affaires relèvent entièrement des affaires intérieures de la Chine », précise que c’est en cela que « le gouvernement central chinois assume l’ultime et la plus grande responsabilité en matière de sécurité nationale dans cette région administrative ».
Et même si après sa rétrocession à la Chine en 1997, Hong Kong devrait légiférer par elle-même sur la sauvegarde de la sécurité nationale, ce travail législatif n’est toujours pas réalisé 23 ans après, du fait de différentes perturbations, ayant engendré "des lacunes juridiques notables", explique le communiqué.
Bien plus et de l’avis de l’Ambassade de Chine au Niger, « ces dernières années, les actes compromettant la sécurité nationale s’accentuent de plus en plus à Hong Kong. Certaines forces extérieures sont intervenues de manière flagrante dans les affaires hongkongaises, en soutenant les  forces anti-chinoises et du chaos à Hong Kong avec le financement et la formation et en stimulant des radicaux à commettre les actes extrêmement violents ou même terroristes ».
Ces actes conjugués à la vague de violences observées dans les manifestations "anti-révision" à Hong Kong de l’année dernière, « ont gravement affecté la sécurité nationale et les intérêts de développement de la Chine, et ont montré à quel point il est impératif et urgent d’établir une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong », fait observer le communiqué.
C’est du reste pourquoi, poursuit le communiqué, « le gouvernement central chinois a pris la décision d’établir et de perfectionner le système juridique en matière de préservation de la sécurité nationale à Hong Kong à travers l’adoption de cette loi », soulignant que « cette loi possède un fondement juridique solide et une force juridique suprême, définit clairement les devoirs et les organes gouvernementaux de Hong Kong pour la sauvegarde de la sécurité nationale ».
Après avoir noté qu’il s’agit d’une loi globale comprenant des dispositions matérielles, des dispositions procédurales et des dispositions organisationnelles, le communiqué indique que cette loi « est un jalon important pour la pratique d’"un pays, deux systèmes", et permettra d’assurer fondamentalement une bonne application d’«un pays, deux systèmes» sur le long terme ». Elle est, en outre, "gardienne" de la stabilité et de la prospérité de Hong Kong, parce que ne ciblant « qu’une poignée de criminels compromettant la sécurité nationale à Hong Kong », en plus de « dissuader certaines forces anti-chinoises à l’extérieur d’intervenir dans les affaires intérieures de la Chine ».
Répondant aux fausses informations distillées contre cette loi, l’Ambassade de Chine au Niger fait observer que « l’adoption et la mise en vigueur de la loi n’affectent pas le système capitaliste ou le degré élevé d’autonomie de Hong Kong, elles n’affectent pas les droits et libertés dont jouissent les Hongkongais ou l’indépendance de son système juridique, non plus les droits et intérêts légitimes des investisseurs étrangers à Hong Kong ».
Sur la légitimité de cette loi, le communiqué rapporte que « lors d’une campagne visant à soutenir la législation sur la sécurité nationale démarrée fin mai dernier, dans seulement 8 jours, 3 millions d’habitants de Hong Kong ont manifesté leur soutien en signant le manifeste ».
Enfin, l’Ambassade de Chine au Niger fait comprendre que « la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong est également un jalon important dans le maintien et l’amélioration du cadre institutionnel du principe "un pays, deux systèmes" », tout en se félicitant du fait qu’avec l’adoption et la mise en vigueur de cette loi, « nous avons toute confiance pour assurer une bonne pratique d’"un pays, deux systèmes" sur le long terme, pour ramener Hong Kong sur la bonne voie de développement et pour l’aider à regagner sa réputation de "Perle de l’Orient".
AIO/KPM/ANP-0046 Juillet 2020