Aller au contenu principal

L’OCI et le Ministère nigérien des affaires étrangères organisent une conférence sur le terrorisme et l’extrémisme violent

Niamey, 24 Nov(ANP)-La Secrétaire Générale du Ministère des affaires étrangères, Mme. Diallo Amina Djibo a présidé, ce mardi 24 novembre 2020 à l’Hôtel Bravia de Niamey, une conférence sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique organisée par son Ministère et l’Organisation de la Coopération Islamique(OCI).

Ce colloque qui a pour thème : ‘’Défis actuels face aux efforts en cours pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique, en particulier en milieu de la jeunesse ‘’ durera deux jours.

Dans son  discours d’ouverture Mme. Diallo Amina a déclaré que  ‘’ces dernières années l’Afrique a été particulièrement touchée par le terrorisme et l’extrémisme violent, ce qui a pour conséquence de placer le continent au cœur de la problématique de la lutte mondiale contre-terrorisme’’.

‘’S’il est reconnu que le terrorisme devient un phénomène mondial qu’aucun pays pris individuellement ne peut combattre seul, il n’est pas moins reconnu que les pays africains de la région du sahel et du bassin du lac Tchad sont les plus concernés et doivent faire face à ces défis sécuritaires et humanitaires multiples’’ a-t-elle souligné avant d’annoncer que faire face au fléau ‘’les pays africains du sahel concernés, ont convenu de mutualiser leurs forces avec l’aide des partenaires à travers les mécanismes de la force conjointe du G5 sahel et de diverses initiatives’’.

 Selon la secrétaire générale ‘’aujourd’hui la jeunesse africaine est le terreau fertile du terrorisme et de l’extrémisme violent. La pauvreté et l’exclusion économique sont souvent présentées comme les principales causes de la radicalisation violente’’.

Evoquant la situation du Niger face au terrorisme, elle a indiqué que ‘’le Niger a su anticiper le risque d’une radicalisation et d’une explosion d’une frange de sa jeunesse à travers des programmes novateurs de récupération des jeunes djihadiste en leur donnant une seconde chance par la création à leur profit de petits projets à impact rapide’’.

Mme Diallo Amina a conclu en soutenant que ‘’la situation est donc grave et nous interpelle tous afin que nous puissions inverser les tendances, conjuguer les efforts, maintenir une pression élevée de réponse aux défis multiformes posés par le terrorisme et ses corollaires’’.

Selon le secrétaire général Adjoint de l’OCI pour les actions Humanitaires, culturelles et sociales M.Tariq Ali Bakhiet, ‘’nous le savons tous, la région du sahel est en proie à nombreuses activités terroristes dues aux agissements de groupes radicaux, ces dites activités menacent gravement le développement humain, la croissance économique ainsi que la gouvernance démocratique dans cette région’’.

‘’Consciente de la part qui lui revient dans cette responsabilité partagée, l’OCI s’est toujours engagée à la lutte contre le terrorisme et l‘extrémisme violent comme elle a toujours adopté une position doctrinale contre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, et n’a cessé de faire part de son  rejet catégorique de tout acte terroriste qui ne saurait être lié à un pays, une race, une religion, une culture ou une nationalité’’ a-t-il fait savoir avant d’affirmer que conformément aux décisions de la 14eme conférence islamique au sommet tenue à la Mecque le 31 mai 2019, l’OCI réitère son soutien aux pays du sahel, particulièrement ceux du G5 Sahel et notamment le Niger, à travers nombre de mesures parmi lesquelles le renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité et des efforts de lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

MAY/AS/ANP-0140 Novembre 2020