Aller au contenu principal

Exploitation de l’uranium nigérien : La société COMINAK arrête ses activités à partir du 31 mars 2021

NIAMEY, 11 mars (ANP) – Le Directeur général de la Compagnie Minière d’Akouta (COMINAK), Moussa Souley a animé, ce jeudi 11 mars 2021 à l’Hôtel Terminus de Niamey, une conférence de presse sur les raisons de l’arrêt de la production d’uranium prévu le 31 mars 2021, ainsi que les mesures de réaménagement envisagées.

Dans son exposé préliminaire Monsieur Souley Moussa a rappelé que le conseil d’Administration  de la COMINAK s’était réuni le 23 octobre 2019 et avait fixé à l’unanimité de ses membres présents, l’arrêt de la production du site d’uranium d’Akouta au 31 mars 2021.

Les raisons de cet arrêt, a-t-il expliqué, sont liées à l’épuisement des gisements qui devient tous les jours ‘’une réalité de plus en plus palpable, la baisse du prix sur le marché aidant, le minerai n’est plus une matière stratégique’’.

‘’Notre vision, c’est de mener à bien notre projet de fermeture et de réaménagement, conformément à la règlementation nationale, et aux bonnes pratiques et standards internationaux, avec l’implication des parties prenantes’’ a indiqué Moussa Souley.

La COMINAK s’engage, a annoncé le directeur général, dans le cadre du réaménagement de son site, à dialoguer et communiquer de façon continue et transparente avec toutes les parties prenantes, à mener des travaux de réaménagement qui permettront de rendre le site sûr et non polluant, et ceci, dans le respect des normes nationales et des recommandations internationales.

Elle s’engage également à soutenir les salariés et les sous-traitants dans un plan de reconversion et dans le développement de projets d’entreprenariat éligibles et viables, sans oublier d’agir pour une transition sociétale pérenne, durable et utile pour les populations concernées.

Plus concrètement, dans le cadre de la fin des travaux d’exploitation du site d’Akouta et des réaménagements qui en découlent,  les principaux enjeux de la COMINAK sont d’ordre technique, social et sociétal.

Il s’agit, selon Moussa Souley, ‘’d’assurer une stabilité pérenne en terme de sécurité et salubrité publique entre autres, de minimiser l’impact social de cette sensation des activités de production et garantir un traitement juste et équitable à l’ensemble des salariés ; et de prendre en compte et minimiser les impacts sociétaux de la fermeture, en assurant une transition pérenne, adaptée aux besoins  des populations et dans la limite de la responsabilité de l’entreprise’’.

‘’La Société minière d’Akouta est un acteur majeur de la vie économique de la région, faisant vivre 650 salariés et leurs familles, des sous-traitants et le commerce induit. La fermeture aura un impact économique certain sur la ville’’ a-t-il, enfin,  reconnu.

COMINAK a été créée le 12 juin 1974, elle a produit environ 75.000 tonnes d’uranium de 1978 à la fin 2019. C’est une société détenue par la France à travers ORANO pour 34%, le Niger à travers la Société du patrimoine des mines (SOPAMIN Niger) pour 31%, le Japon (OURD) pour 25% et l’Espagne (ENUSA) à hauteur de 10%.

SML/AS/ANP 042 mars 2021