Aller au contenu principal

Covid-19 : Le Niger entend intensifier la vaccination et demander une dérogation pour ses pèlerins vaccinés à Sinopharm

Niamey, 05 Mai (ANP) - Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Hassoumi Massoudou, assurant l’intérim du Premier Ministre Ouhoumoudou Mahamadou, a présidé, ce mercredi 5 mai 2021, la 27ème réunion du Comité Interministériel de lutte contre la COVID-19 au Niger.

L’ordre du jour a porté sur la situation de la Covid-19 depuis l’enregistrement du 1er cas le 19 avril 2020.

Faisant le point de la réunion, le Ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Mainassara, a indiqué que le point important qui a fait l’objet d’une discussion lors de cette 27ème réunion est le déroulement de la vaccination, dont la campagne a été lancée le 29 Mars 2021 par l’ancien Premier Ministre Brigi rafini.

« A la date du 4 Mai, pratiquement toutes les régions ont lancé cette campagne de vaccination qui est basée sur deux sortes de vaccins, à savoir le Sinopharm et l’AstraZenaca », a-t-il informé, soulignant qu’un point a été fait au Comité Interministériel, lequel à proposer des recommandations au Gouvernement, notamment sur les décisions à prendre pour non seulement améliorer la gestion de la pandémie, mais aussi améliorer la vaccination et faire en sorte que toute la population cible puisse être vaccinée pour avoir une immunité collective.

Pour les stratégies d’utilisation des deux types de vaccin sur le terrain, il s’agira de vacciner, dans les 8 régions du pays, tous ceux qui ont plus de 55 ans d’âge avec le vaccin AstraZenaca, de poursuivre la vaccination des agents de santé et des FDS avec le vaccin Sinopharm, de donner la deuxième dose du Sinopharm à tous ceux qui ont reçu la 1ère dose (quelle que soit la tranche d’âge) et d’adapter la communication à l’utilisation des 2 types de vaccins.

S’agissant des pèlerins nigériens, avec l’Arabie Saoudite qui exige un vaccin ayant reçu l’autorisation d’utilisation en urgence (par l’OMS) pour les candidats au pèlerinage, il s’agira de demander à ce pays une dérogation pour les pèlerins qui ne peuvent être vaccinés qu’avec le vaccin Sionpharm car n’étant pas éligible pour le vaccin AstraZeneca administré aux personnes qui ont plus de 55 ans, alors que le Hadj 2021 n’est autorisé qu’aux candidats de moins de 50 ans ; ce qui est incompatible avec AstraZeneca qui a une cible de plus de 55 ans.

Les personnes ayant déjà reçu les 1ères doses du vaccin Sinopharm recevront leur 2ème dose de Sinopharm et une négociation sera entreprise avec les autorités saoudiennes pour l’acceptation des pèlerins qui se sont fait vacciner avec ce type de vaccin. Pour les pèlerins n’ayant pas encore commencé la vaccination avec le Sinopharm, il est conseillé qu’ils se fassent vacciner avec AstraZeneca.

Le Niger, note-t-on, a officiellement lancé la campagne de vaccination contre Covid-19 le 29 mars 2021. Le pays dispose, au total, de 780 200 doses de vaccins, dont 400 000 doses de Sinopharm et 380 200 doses d’AstraZeneca, pour une cible estimée de 11.063.018 personnes représentant 47,7% de la population générale de 2021. Le coût global du budget est estimé à 124.722.044.628 FCFA.

ADA/KPM/ANP-025 Mai 2021