Aller au contenu principal

CEDEAO : Une hausse de 3,5% du PIB attendue d’ici fin 2021

Niamey, 21 juin (ANP) - Les 15 pays membres de la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) projettent une hausse de 3,5% de leur PIB au cours de 2021.

Cette projection est l’une des conclusions auxquelles est parvenue la cinquante-neuvième (59ème) session ordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l’Organisation sous régionale, tenue le samedi 19 juin dernier à Accra, au Ghana.

Cette heureuse annonce intervient après que les 15 pays aient enregistré une chute de 0,8% de leur PIB en 2020, due notamment aux effets négatifs de la COVID-19.

« La Conférence se félicite de la reprise annoncée en 2021 avec une hausse du PIB projetée de 3,5% en 2021. Elle exhorte les Etats membres à accélérer la mise en œuvre des programmes et projets de relance économique pour soutenir la reprise en cours », rapporte le communiqué ayant sanctionné la fin de la rencontre de la capitale ghanéenne.

Aussi, la Conférence note la nécessité de mettre en œuvre un plan de financement important pour les économies de la Région afin de soutenir cette relance. Dans ce sens, elle se félicite des différentes initiatives en cours, notamment le Sommet de Paris pour le financement des économies africaines, ainsi que les initiatives du G20 relatives à la restructuration des dettes des pays en développement. Elle appelle, par ailleurs, à une mise en œuvre diligente de ces initiatives.

Dans les efforts de cette croissance attendue, la CEDEAO souligne un important apport du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), que la session des Chefs d’Etat et de Gouvernement a tenu d’ailleurs à féliciter « pour le lancement d'une facilité pour aider les pays africains, y compris les pays membres de la CEDEAO, à faire face à la pandémie de COVID-19, ainsi que pour son soutien aux pays du G5 Sahel visant à renforcer les systèmes de santé nationaux ».

La rencontre des dirigeants du groupe de 15 a aussi félicité la BAD « pour le soutien de 22 millions USD apporté à l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) » et « prend note de la proposition de la BAD de développer un Mécanisme Africain de Stabilité Financière pour protéger le continent contre les chocs externes et internes, et de créer des Obligations d'Investissement liées à la sécurité pour mobiliser des ressources sur les marchés mondiaux des capitaux afin de renforcer la sécurité dans l'espace CEDEAO ».

En fin, la session appelle la BAD à travailler avec la Commission de la CEDEAO pour le développement des Obligations d’Investissement liées à la sécurité, avant de l’exhorter à soutenir la mise en place d’infrastructures de soins de qualité et le développement d’industries pharmaceutiques dans les pays de la CEDEAO, notamment la fabrication de vaccins.

MSB/KPM/ANP-132 Juin 2021