Une unité spéciale de la gendarmerie anti-terroriste opérationnelle

Soumis par lawan le jeu, 17/01/2019 - 11:32
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 17 jan (ANP) – Une  cérémonie de  présentation officielle de l’unité spéciale de la Gendarmerie, le Groupe d'Action Rapide (GAR-SI) s’est déroulée le mardi 16 janvier à l'École Nationale de la Gendarmerie de la Gendarmerie de Niamey en présence du  M. KALLA Moutari, Ministre de la Défense Nationale et  de l'Ambassadeur, chef de délégation de l'Union européenne, Dr. Denisa-Elena IONETE, apprend-on dans un communiqué de presse de l’Union européenne.
Cette cérémonie intervient après plusieurs mois de formation intensive de l'encadrement et des hommes de cette unité, notamment dans des centres de formation spéciale en Espagne, précise le texte, ajoutant que   Le GAR-SI s'est vu remettre tous les équipements qui lui permettront de remplir ses mission en autonomie totale sur le terrain, pour un une valeur de2, 328 milliards CFA. 
Le haut niveau d'entrainement et d'équipement de cette unité lui permettra de contribuer à l’amélioration de la sécurité des populations, y compris dans les zones isolées/reculées et transfrontalières, condition nécessaire d'un développement socioéconomique durable.
La formation de cette unité fait partie d'un programme européen régional qui vise à contribuer à la stabilisation des pays du G5 Sahel ainsi que du Sénégal à travers la création d'unités robustes, flexibles, mobiles, multidisciplinaires et autosuffisantes. Ces unités doivent être capables de faire face à tout type de menace, y compris les menaces terroristes, la criminalité organisée et la traite des êtres humains, la protection de l'environnement et le renforcement du contrôle des frontières.
Financé à 100 % par le Fonds Fiduciaire d'Urgence pour le Sahel pour un montant de total de 41,6 millions €, dont 5.8 millions € pour le Niger, et mis en œuvre via un consortium composé des gendarmeries espagnole, française, italienne et portugaise, ce projet s'inscrit dans le cadre du soutien au renforcement des capacités du Niger dans la lutte contre les différentes menaces transfrontalières.
Notons que le Niger bénéficie aussi de l’appui de EUCAP Sahel Niger qui est une mission civile de l'Union européenne promouvant une  politique de sécurité et de défense commune, lancée en 2012.

Le Niger fait face à l’extrémisme violent dans sa partie frontalière avec le Mali et le Burkina, à Boko Haram sa zone orientale et au phénomène migratoire au Nord, frontalier de la Libye et d’Algérie. 
CA/ANP-0063 Janvier 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT