"Une coopération étroite est nécessaire" pour venir à bout du terrorisme au Sahel (Conférence de presse)

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le lun, 04/12/2017 - 21:24
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 04 Déc. (ANP) - En marge du séminaire sur la "gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali : Groupes terroristes armés - Criminalité organisée - Migration irrégulière" qu'accueille Niamey, la capitale du Niger du 4 au 5 décembre 2017, une conférence de presse a été organisée à la fin de la première journée pour apporter plus d'éclaircissements sur les objectifs de cette rencontre.
Conduite par les deux chefs de mission Eucap Sahel du Niger et du Mali, en présence de l'Ambassadeur et Chef de la Délégation de l'UE au Niger, M. Raul Mateus Paula et l'Ambassadeur du Mali au Niger, M. Ag Iliyene Algamdou, cette rencontre avec la presse nigérienne a permis de faire le tour des questions sécuritaires au niveau des frontières nigériennes et maliennes et même au delà, mais aussi et surtout d'expliquer la nécessité d'une coopération transfrontalière entre les États pour une lutte efficace contre le terrorisme et les crimes organisés.
En effet, selon Mme Kirsi Henriksson de la Mission Eucap Sahel Niger, "une coopération étroite entre les deux pays est nécessaire" pour venir à bout des groupes terroristes armés, de la criminalité organisée et de la migration irrégulière. Elle a, en outre, indiqué que la rencontre de Niamey aura à faire des propositions dans ce sens, précisant que les Missions Eucap Sahel visent à soutenir les forces de défense et de sécurité des deux pays.
Le fait est que, a dit M. Philippe Rio, "la situation sécuritaire se dégrade aux frontières des pays du Sahel. Et il faudra que ces frontières ne soient plus un obstacle pour la paix". D'où, a-t-il dit, la nécessité d’une coopération transnationale dont la finalité est de renforcer la sécurité dans chaque pays et dans la région.
Quant à l’Ambassadeur Raul Mateus Paula, il dira que le rôle de l’UE au Sahel est « d’affirmer le lien entre sécurité et développement, car il n’y a pas de développement sans sécurité et vice versa », alors que l’Ambassadeur du Mali a reconnu que « l’appareil sécuritaire au Nord du Mali s’est effondré » et qu’il vaille, dès lors, « amener les pays frontaliers à travailler ensemble pour lutter contre les groupes terroristes et les criminels », notamment au niveau du fuseau centre (Niger-Mali-Burkina).
Il a également encouragé les conditions d’une coopération plus efficiente entre le Niger et le Mali sur la problématique globale de gestion des frontières et des flux qui implique tous les aspects de la lutte contre la criminalité transfrontalière (terrorisme, criminalité organisée dans le trafic d’armes, de stupéfiants, et la migration irrégulière) dans cette zone et nécessite une réponse coordonnée dans le domaine de la coopération.
L’organisation de ce séminaire, selon une note conceptuelle, « s’inscrit dans cette volonté d’apporter une réponse concrète pour le renforcement de la coopération des autorités nigériennes et maliennes. Cette initiative relève de la mise en œuvre du cadre des actions conjointes entre EUCAP Sahel Niger et EUCAP Sahel Mali et se décline dans le volet régionalisation des actions au profit des pays du G5 Sahel, et en soutien de la mise en œuvre de la régionalisation de la politique de sécurité et de défense commune de l’Union Européenne ».
Ce séminaire représente, en outre, une opportunité pour rassembler les chefs des Forces de Sécurité Intérieure, des représentants du ministère de la Justice et des Forces Armées du Niger et du Mali qui sont confrontés quotidiennement aux défis sécuritaires transfrontaliers.
L’événement a une vocation « stratégique, opérationnelle et technique » de nature à favoriser, dans un premier temps, une discussion sur l’état des lieux et les axes de progrès de la coopération dans la gestion de la criminalité transfrontalière entre le Niger et le Mali. Sur la base d’échanges d’information sur les cadres juridiques de coopération existants et sur des échanges de bonnes pratiques nationales et internationales, une dynamique de travail en groupe rendra possible une communication propre à identifier les problèmes les plus cruciaux et urgents qui demandent un engagement mutuel de coopération.
La finalité du séminaire est de créer les conditions de futures actions concrètes à caractère opérationnel et technique et à favoriser une meilleure mise en œuvre des cadres de coopération existants voire l’émergence de nouveaux cadres institutionnels de coopération.
KPM/ANP/Décembre 2017

 

ANP HONEY POT