Tabaski 2019 : Les marchés sont bondés de moutons par défaut de client

Soumis par lawan le mar, 06/08/2019 - 10:59
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 6 Août (ANP)-A quelques jours de la fête de Tabaski des troupeaux de moutons conduits par des vendeurs ambulants sillonnent les rues de la capitale nigérienne. Marchant nonchalamment, Ahmed est à la tête de son troupeau qui semble fatigué de parcourir les rues à la recherche d’un éventuel acquéreur.
Les marchés de moutons communément appelés « Tourakou » poussent comme des champions à travers la ville de Niamey mais les clients se font rares en prélude de la tabaski prévue le 11 août 2019.
«Les moutons ne s’achètent pas bien car depuis que je suis à Niamey il y a quatre jours je n’ai vendu que 3 moutons sur la quarantaine amenés depuis le nord Balleyara » déclare Ahmed.
«Les clients trouvent les prix de mouton élevés » mais « ils ne tiennent pas compte du coût d’entretien pour l’éleveur » ajoute-t-il. 
Les marchés de Niamey sont bondés de moutons mais les clients se font désirer a constaté lundi 5 Août sur place l’Agence Nigérienne de Presse.
«Je suis revendeur sur ce marché et depuis bientôt une semaine un parent m’a confié 50 000 F Cfa pour lui trouver un mouton mais je n’arrive pas compte tenu des prix élevés des moutons » indique Abdou ressortissant de Flingué avant d’ajouter que « dans quelques jours j’attends un arrivage d’un troupeau de moutons de la campagne peut être parmi ceux-ci je trouverai un mouton à la portée de ma bourse».
«Il n’y a pas de mouton de 50 000 f sur ce marché improvisé dans la ceinture verte, tous les moutons que vous voyez ici vont de 80 000 à 250 000 FCFA » renchérit Ibro un autre revendeur qui a suivi notre conversation avec le premier revendeur.
«Je suis allé en prospection sur trois marchés mais les prix sont très élevés, je retourne à la maison jusqu’à ce que les prix baissent à la veille ou au jour de la fête » repartant bredouille de ce marché Souleymane qui poursuit « c’est le sommet de l’Union Africaine qui a fait flamber le prix du mouton. Nous avons connu des prix de 200 000f à 300 000 f Cfa l’unité et c’est sur ce prix que s’arcboutent les revendeurs pour la clientèle Nigérienne ». Une situation que ne s’explique  pas Souleymane  qui relève « nous sommes dans un pays d’élevage,  les moutons ne peuvent pas finir au Niger, à défaut  de mouton nous chercherons un bouc ou une chèvre pour accomplir le sacrifice et les prix baisseront avec les arrivées des moutons du Mali ,du Burkina Faso et du Nigéria » a-t-il souligné.
Les organisations caritatives procèdent à l’achat de moutons et bœufs en quantité pour l’assistance aux personnes démunies.
L’immolation du mouton de Tabaski est une tradition musulmane du Prophète Mouhammad, imitant le sacrifice d’Abraham.
MHM/AS/ ANP- 025 Août 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT