Près de 6000 élèves ‘’délocalisés’’ pour cause d’insécurité dans la région de Tillabéry (Ouest)

Soumis par lawan le jeu, 10/10/2019 - 18:00
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey ,10 Oct (ANP)- quelques 100 écoles pour un effectif de 5 892 élèves n’ont pas ouvert leurs portes pour cette rentrée pour cause d’insécurité dans la région de Tillabéry (frontalière du Mali et du Burkina) , a confirmé jeudi  le directeur de cabinet du ministre de l’éducation primaire M. Ismaël   Mouddour.
Ces écoles sont situées dans des départements, frontaliers du Mali et du Burkina où des mouvements se réclamant  de djihadisme  sont actifs.
Il s’agit  d’Abala, d’Ayorou, de Bankilaré, de Dargol, de Gotheye, de Djagourou , de Makalondi, de Tondi kiwindi et de Torodi,   a cité le directeur de cabinet.
« L’insécurité est la raison principale de la fermeture de ces écoles parce pour éviter d’exposer la vie des enfants, de leurs enseignants et de leurs parents, l’Etat a décidé de délocaliser ces écoles dans des endroits mieux sécurisés », a assuré l’autorité de l’éducation.
Le choix des nouveaux sites de ces écoles s’est opéré en  collaboration avec les autorités administratives des différentes localités menacées par les terroristes qui écument la zone, a-t-on précisé.
L’Etat a pris les dispositions sécuritaires nécessaires pour assurer à tous ces enfants une scolarité normale comme il l’a fait pour les enfants de la région de Diffa au moment fort des  terroristes de Boko Haram, a ajouté M. Moudour.
Les parents des enfants dont les écoles sont délocalisées sur des nouveaux sites sont bien sécurisées et les forces de défense et de sécurité y patrouillent  constamment, a-t-il rassuré.
La Région de Tillabéry, cible depuis 2017 des attaques des terroristes djiihadistes du nord  Mali est placée sous l’état d’urgence. 
MHM/CA/ANP- 0065 octobre 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT