Ouverture à Niamey d’un forum parlementaire de sensibilisation sur la migration dans l’espace CEDEAO

Soumis par lawan le jeu, 29/08/2019 - 16:22
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 29 Août(ANP)-Un forum parlementaire de sensibilisation sur la migration en Afrique de l’Ouest s’est ouvert ce jeudi 29 Août à Niamey.
La rencontre regroupe les parlementaires membres du parlement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), du réseau des parlementaires sur les questions migratoires de l’Assemblée Nationale du Niger, des représentants des partenaires techniques et financiers et de plusieurs autres invités.
Ce forum fait suite à une mission de sensibilisation du parlement de la Cedeao effectuée du 15 au 19 octobre 2018 à Agadez, en vue de s’informer sur la situation de la migration dans cette région qui constitue le carrefour de passage des migrants.
Au cours des débats qui vont suivre, les parlementaires assistés des personnes ressources, discuteront de tous les aspects relatifs à la migration notamment ses conséquences. Et aussi une occasion de réfléchir sur les mécanismes de leur intervention dans les Etats membres de la CEDEAO.
Dans son discours d’ouverture, le président du parlement du Niger M. Ousseini Tinni a rappelé que depuis plus bientôt trois décennies, le fait migratoire, particulièrement son aspect irrégulier, se maintient invariablement à l’agenda des pouvoirs publics. En raison notamment de la charge émotionnelle qu’ils charrient et surtout à cause de son impact économique aussi bien pour le pays d’accueil que pour ceux de départ et de transit.
M. Ousseini Tinni a fait savoir qu’il ne s’agit pas à travers ce forum de songer, un instant, à supprimer la migration qui a toujours existé et continuera à exister parce qu’utile voire indispensable à l’économie, à la culture, à la régulation de la paix internationale. « Il faut plutôt créer les conditions garantissant les droits humains, la sécurité et la dignité du migrant, fût-il pour des raisons économiques ou forcées en raison des conflits violents de tous ordres qui éclatent çà et là », a-t-il ajouté.
Le président du parlement nigérien a par la suite déclaré qu’il fonde beaucoup d’espoir sur le présent forum. Car, au niveau parlementaire, c’est la toute première fois que l’on se retrouve pour réfléchir avec autant de personnalités averties sur la problématique de la migration.
« En effet, l’Afrique de l’Ouest est la zone qui accueille le plus grand nombre de migrants internes en Afrique ; ils seraient ainsi de l’ordre de huit millions. C’est pourquoi, dès le départ, la CEDEAO avait fait de la libre circulation des personnes et des biens l’un de ses principes majeurs, décision grâce à laquelle la gestion des mouvements internes des populations est globalement sous contrôle. La préoccupation réside plutôt dans la prise en main de l’autre aspect de la migration, celui se rapportant aux flux de départ hors de notre zone, en direction d’autres parties du monde », a-t-il poursuivi.
S’agissant de la migration, M. Ousseini Tinni a mentionné qu’en effet.’’ En raison de la position géographique de notre espace, nous sommes sillonnés de nombreux circuits de circulation de migrants en direction de l’Europe et de l‘Amérique, le plus souvent dans les conditions irrégulières. Ces circuits, naguère empruntés par nos seuls migrants, accueillent aujourd’hui les jeunes en provenance de toute l’Afrique, voire même du Moyen-Orient et de l’Asie’’.
Toujours dans son intervention, M. Ousseini Tinni a mis à l’appréciation de l’assistance les efforts que déploie le Niger en matière d’immigration. Selon lui le président du Niger est en passe de devenir le champion de la lutte contre l’immigration clandestine.
« La problématique migratoire comporte des enjeux et des défis de divers ordre. Conjuguons donc diplomatie et coopération judicaire pour mieux l’encadrer. Dans cette occurrence, le député et le parlement se doivent d’être aux avant-poste et jouer de leurs prérogatives et de leur leadership pour agir en complément des efforts des gouvernements, au niveau national comme dans un cadre multilatéral », a ajouté le président de l’Assemblée Nationale du Niger.
Auparavant, le président du Parlement de la CEDEAO M. Moustapha Cissé Lo a dans son intervention indiqué que le phénomène migratoire qui chaque jour fait des ravages et crée des victimes dans notre continent, doit être considéré comme un fléau qui freine le développement des économies de nos Etats.’’ Nous devons unir nos forces et redoubler d’efforts pour faire face à cette situation persistante devant une communauté internationale qui, malgré tous ses efforts se trouve souvent désarmée’’, a-t-il indiqué.
M. Moustapha Cissé Lo de déplorer que « des nombreuses solutions ont été proposées notamment à travers les forums et séminaires de sensibilisation sur les conséquences de la migration auxquels s’ajoutent les accords et traités internationaux mais jusqu’ici la situation est loin d’être définitivement résolue».
Le président du parlement de la CEDEAO, a son intervention apprécié lors de la mission d’information les initiatives prises par les collectivités territoriales dans e cadre du Programme de Développement régionale 2016-2020 et d’autres activités connexes de sensibilisation par la Création des Observatoires Communaux et régionaux sur la migration et la mise en place d’un Dispositif Régional pour la Maitrise et a Gestion des Flux Migratoire avec la mise en place des postes communaux d’observation de la Migration Mixte.
Au cours de cette cérémonie, plusieurs autres personnalités ont pris la parole il s’agit du mot de bienvenue du député chef de la délégation des députés du Niger au parlement de la CEDEAO M. Boucary Sani Malam Chaibou, de l’adresse de solidarité du ministre déléguée en charge de l’intégration et des Nigériens à l’extérieur Mme Salamatou Bala Goga et du message de solidarité du Pr. Ali Nouhoum Diallo , ancien président du parlement de la Cedeao.
Les travaux de ce forum dureront (3) trois jours.
AIO-DKLE/MHM ANP-117 Août 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT