Ouverture de la 1ère session ordinaire au titre de l’année 2017 du Parlement nigérien

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le ven, 03/03/2017 - 13:47
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 3 Mars (ANP) - Les travaux de la 1ère session ordinaire au titre de l’année 2017 de l’Assemblée Nationale du Niger se sont ouverts ce vendredi 3 mars 2017 au Palais des Congrès de Niamey. La cérémonie d’ouverture de cette session dite des lois a été présidée par le Président de l’Institution Ousseini Tinni, en présence du Premier Ministre, des Présidents des autres Institutions républicaines, des membres du Corps diplomatique, ceux du Gouvernement nigérien et de plusieurs autres invités civils et militaires.

Cette session qui va durer quatre-vingt-dix  (90) jours, a indiqué Ousseini Tinni, se focalisera sur des textes de lois dont l’examen est jugé de première urgence. Mais avant, a-t-il annoncé, il va falloir procéder à un « toilettage en profondeur » de certains textes réglementaires qui causent des difficultés au travail parlementaire.

Le Président Ousseini Tinni a, par ailleurs, exhorté le Gouvernement à poursuivre les réformes engagées dans les différents secteurs de la vie socioéconomique et politique du pays.

Auparavant, note-t-on, le Président du Parlement nigérien a rappelé le contexte dans lequel intervient cette session, notamment celui « d'inquiétudes », marqué par la « banalisation progressive des sentiments et attitudes ouvertement racistes,  à l'intolérance religieuse ou à la négation de l'autre sur des bases subjectives » au point où, selon lui, « on commence à enterrer le siècle des Lumières ».

Parlant du cas de son pays, il a regretté la « négation des acquis de l’humanité en matière de tolérance et d'acceptation de l'autre », source de conflit et de menace contre la paix. Selon lui, l'intolérance et le mépris de l'autre sont les prétextes utilisés par les fanatiques pour « déclencher la terreur aveugle et meurtrière qui n'épargne aujourd'hui aucune partie du monde », soulignant l’urgence d'agir en mobilisant tout le monde pour une coexistence pacifique.

Toutefois, a fait remarquer Ousseini Tinni, « le Niger connaît un rayonnement sur le plan international », grâce aux succès de sa diplomatie, qui a notamment permis, entre autres, l'élection d’un Nigérien à la tête de l’ASECNA, ou encore les divers prix honorifiques décrochés par le Président Issoufou Mahamadou.

KPM/DMM/ANP/Mars 2017

ANP HONEY POT