Ouverture d’un atelier sur la résilience aux catastrophes en Afrique sub-saharienne

Soumis par lawan le mar, 19/03/2019 - 17:40
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 19 Mars (ANP)- Le directeur du cabinet adjoint du premier ministre M. Aghali Abdoul Kader a présidé ce mardi 19 mars un atelier de renforcement de résilience aux catastrophes en Afrique sub-saharienne..
Cet atelier est organisé par la plateforme nationale de réduction des risques des catastrophes en collaboration avec la commission des affaires sociales et genre de la CEDEAO et la global facility desaster for résilience  and recovery, une initiative du groupe de la  Banque mondiale, financé par l’union européenne au profil des Etats d’Afrique, des caraïbes et du pacifique.
En lançant officiellement les travaux dudit atelier, le directeur du cabinet adjoint du premier ministre M. Agali Abdoul Kader a loué cette initiative qui témoigne l’intérêt porté à la résilience de nos populations face aux catastrophes.
Le responsable de la commission des risques aux catastrophes de la CEDEAO M. Mohamed Ibrahim a remercié le gouvernement nigérien pour tous les efforts menés dans ce domaine.
Pour sa part le directeur de cabinet adjoint a notifié que selon les rapports sur les risques dans le monde en 2011, notre pays compte parmi les 32 pays les plus vulnérables aussi la stratégie nationale de réduction des risques et catastrophe tire ses fondements des axes stratégiques 3 et 4 de l’initiative 3N.
L’objectif globale  de la stratégie national RFC est de contribuer et réaliser un développement durable au Niger en réduisant les pertes et dommages engendrés par les catastrophes aux moyens de mesure intégrée globale ; elle s’articule autour de 4 axes stratégiques qui sont la compréhension des risques, la gouvernance des risques, l’investissement dans la réduction des risques ,  le renforcement de l’Etat de préparation pour intervenir de manière efficace durant la phase de relèvement des remises et l’Etat de reconstruction, a-t-il annoncé.
La mise en œuvre de la présente stratégie permettra au Niger non seulement, de changer le paradigme dans la gestion des crises en s’intéressant plutôt au risque qu’à la gestion curative seulement des impacts de catastrophe mais aussi de prévenir des nouveaux risques afin d’être au rendez-vous de 2030.
Selon la base de données nationale sur les impacts économiques de catastrophe des inventaires, les principales catastrophes récurrentes au Niger sont essentiellement d’origine climatique.  Il s’agit de la sécheresse qui affecte chaque année près de 20% de la population, des inondations qui touchent environ 150.000 personnes, les épidémies épizootie, les incendies et feu de brousse, les invasions d’ennemie de culture, a déclaré Mr Mohamed.
Le gouvernement nigérien conscient de tous ces défis, se donne une vision pour le Niger à l’horizon 2035 à travers la stratégie de développement durable et de croissance inclusive (SDDCI Niger 2035).
L’objet du présent atelier qui est la validation de la stratégie nationale de réduction des risques catastrophe permettra entre autres, d’atteindre les cinq objectifs nationaux de l’Union Africaine.
HA/MHM/CA/ANP-0096 Mars 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT