Nouvelle prorogation de l’état d’urgence à Diffa, Tillabéri et Tahoua

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le ven, 15/03/2019 - 18:19
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 15 mars (ANP) – Le gouvernement nigérien a prorogé ce vendredi 15 mars une nouvelle fois l’état d’urgence en vigueur depuis 2015 dans la région de Diffa ( Est) en butte à Boko Haram et à Tillabéri (Ouest, frontalière du mali et du Burkina) et une partie de la région de Tahoua (Centre Nord) confrontées aux violences extrémistes, apprend-on dans un communiqué du conseil des ministres.
Dans la partie Est du pays où la situation sécuritaire est jugée toujours ‘’fragile’’, cette mesure est décrétée pour une période de 3 trois à compter de 18 mars 2019, peut-lire dans le texte gouvernemental.
L état d’urgence qui renforce les pouvoirs exceptionnels de police en période de crise sécuritaire avait été proclamée le 10 février 2015 dans cette région et depuis, il a été prorogé tous les 3 mois.
Récemment, le gouvernement a levé certaines mesures d’interdiction de production du poivron et de la pêche et de leur commercialisation, deux principales activités économiques des populations locales.
Depuis le 9 mars,  Les forces de défense  et de sécurité ont engagé  une vaste opération de ratissage dans la zone du Lac Tchad.
Le précédent bilan provisoire d’une attaque de Boko Haram le 8 mars dernier d’une position de l’armée aux alentours de Gueskérou  faisait état de 38 terroristes tués et de 7 pertes et de blessés dans les rangs de forces de défense et de sécurité. Il est fait cas en plus  d’un prisonnier et de destruction et de récupération d’armes et de produits divers du côté ennemi.
Le 16 février, sept soldats nigériens avaient été tués lors de l’attaque de leur position par Boko Haram à Chétima Wangou.
Fin février 2019, l’armée nigérienne avait annoncé avoir tué plus de 200 ‘’terroristes’’ dans une offensive d’envergure terrestre et aérienne dans le lit du Lac Tchad.
Le Premier ministre Brigi Rafini a effectué une visite le 13 mars dernier dans la région de Diffa où il avait notamment présidé un forum sur la paix à Foulatari, une commune des pasteurs, dans cette partie du pays la gestion de ressources naturelles étant souvent  la source des conflits intercommunautaires.
Le second texte reconduit l’état d’urgence dans une partie des régions de Tillaberi et de Tahoua pour une période de 3 mois à compter du 18 mars 2019, la situation sécuritaire dans la zone ‘’demeurant fragile’’, rapporte le communiqué du conseil des ministres.

Il s’agit des départements de Ouallam, d’Ayorou, de Bankilaré, d’Abala, de Banibangou, de Say, de Torodi et de Téra)  pour Tillabéri et de Tassara et de Tillia dans la région de Tahoua.

Ces régions sont impactées par les évènements survenus en Libye qui ont entrainé l’occupation d’une partie du territoire septentrional de la République du Mali par des groupes terroristes,  peut-on lire dans le texte du gouvernement.
Depuis 2017, Cet état de fait a conduit le Gouvernement à proclamer l’état d’urgence dans ces régions et à sa reconduction à plusieurs reprises.
CA/ANP- 0072 Mars 2019

 

ANP HONEY POT