Niger : les ulémas de la région d’Agadez s’engagent sur les questions démographiques

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le lun, 08/10/2018 - 10:46
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Agadez, 8 Octobre (ANP) – les  travaux de l’atelier régional de‟ formation des leaders religieux sur le dividende démographique” dans la région d’Agadez ont pris fin dimanche 7 octobre en adoptant une série de recommandations relatives notamment à la santé maternelle et à la scolarisation des filles.
Les Ulémas demandent la dépolitisation de   l’administration, en particulier celle en charge de la santé, de l’éducation et de la sécurité ; une meilleure implication des chefs religieux et coutumiers dans toutes les questions de population en les dotant des moyens, la mise  en place des médicaments en quantité suffisante au niveau des centres de santé.
L’atelier préconise en plus l’alphabétisation  en faveur des femmes,  la prise en compte de l’éducation religieuse de l’enfant dès le cycle primaire, l’intégration de l’enseignement coranique dans les statistiques nationales, la création des opportunités d’autonomisation économique  aux filles ayant fréquenté les écoles coraniques et  la mise à l’écart  questions  religieuses des débats politiques.
Les autres recommandations sont relatives à la gratuité des maladies des femmes et des enfants, au recrutement de personnel de santé qualifié, au partenariat entre les religieux et le ministre de la santé et aux  campagnes de sensibilisation sur la  santé à travers les radios communautaire.
L’objectif de cet atelier est de renforcer les capacités des Leaders Religieux à mieux comprendre les difficultés liées aux questions de Population que connaît le Niger en vue de contribuer à la capture du Dividende Démographique dans le pays.
Elle a permis aux  participants de partager leurs expériences respectives en matière de prévention et de prise en charge des problèmes sociaux liés aux questions de population et leurs connaissances sur les approches, les stratégies en matière de gestion des questions de population sont améliorées.
L’atelier a offert de cadre   aux leaders religieux la possibilité d’engager des  réflexions très fructueuses  sur des thématiques aussi nombreuses que  variées : Le concept du Dividende Démographique ; le rôle des leaders religieux dans le processus  de la capture du Dividende Démographique ; la scolarisation des enfants et plus particulièrement de la jeune fille ;Le mariage des enfants  la fréquentation des centres de santé par les femmes.
Les travaux  de l’atelier ont porté sur trois communications à savoir : le dividende démographique ; la stratégie nationale de communication pour le changement social et de comportement pour la promotion de la transition démographique au Niger ;le projet régional pour l’autonomisation des femmes et filles et le dividende démographique au sahel (SWEDD).
Les échanges se sont déroulés en plénière et au sein des groupes de travail : les commissions ont réfléchi  les aspects suivants : les causes principales et les conséquences des mariages des enfants ; les causes principales et les conséquences de la non scolarisation et du maintien des filles à l’école ; les causes principales et les conséquences  de la faible utilisation des méthodes contraceptives modernes ; les rôles spécifiques des religieux sur les thématiques énumérées.
Organisé par le Ministère de la Population avec l’appui du  Royaume de Luxembourg et l’UNFPA, cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Annuel de Travail /UNFPA de l’année 2018 pour la réalisation des activités visant la capture du Dividende Démographique.
La rencontre d’Agadez  a regroupé du 5 au 7 octobre des uléma  de Tchirozérine,d’Arlit,d’ Aderbissinat ,  de Bilma et de la Commune Urbaine d’Agadez.
A la clôture de la session, La secrétaire générale adjointe du gouvernorat d’Agadez,  Hadjia Aljouma Mahamane Deley a souligné le  rôle capital des leaders religieux dans le processus de changement de comportement et des mentalités en vue de promouvoir un environnement propice à la maîtrise de la fécondité à travers l’espacement des naissances, les mariages précoces, l’allaitement maternel, conditions indispensables à l’épanouissement de notre population.
Le diagnostic socio- démographique  du Niger révèle un taux d’accroissement de la population de l’ordre de 3,9 % (selon le RGP/H 2012), accompagné d’un Indice Synthétique de Fécondité de 7,5 enfants par femme et un rajeunissement de la population.
Cette situation crée des besoins multiples et multiformes qui constituent un défi préoccupant. Ainsi, le fort taux de dépendance et la rareté des ressources ne permettent pas de répondre aux désidératas liés à la santé, à l’éducation, à la sécurité alimentaire, gage d’un développement socioéconomique durable.
Au niveau de la région d’Agadez qui couvre  une superficie de 667.799 k², soit 52,6% du territoire national, la population de la région était de 487.620 habitants selon le RGP/H 2012, soit 2,8% de la population du pays et une densité moyenne de 0,7 habitants. Avec un taux d’accroissement de 3,7%, la population d’Agadez est jeune, 59% a moins de 20 ans.
En outre les communautés de la région d’Agadez, notamment les bras valides sont enclin à une forte mobilité sociale à l’interne comme à l’externe. Or il ne saurait y avoir de développement qui soit harmonieux et durable sans la participation active de toutes les couches sociales.
Pour maitriser la croissance et les mouvements démographiques ainsi que leurs corollaires, le Niger a adopté le 13 février 2007, la Déclaration du Gouvernement en matière de Politique de Population (DGPP). L’objectif poursuivi est de baisser le taux de croissance de la population qui était de 3,3%.
Pour poursuivre cet objectif des actions sont engagées par l’Etat et les partenaires au développement dans tout le pays et dans la région d’Agadez en particulier. Il s’agit entre autres de : l’allègement des taches aux femmes à travers l’octroi des moulins, les actions d’autonomisation des femmes à travers les activités maraichères, les  formations socio professionnelles, le Programme ILLIMIN (Initiatives adolescentes) et les appuis en activités génératrices de revenus soutenues par les Actes 1 et 2 du Programme de renaissance du Président de la République. A cela s’ajoutent les multiples interventions des ONG et Associations œuvrant dans le domaine de l’épanouissement de la population d’Agadez en générale et des femmes en particulier.
Le lancement en novembre 2015 du Projet régionale ‘’Autonomisation de la Femme et Dividende Démographique au Sahel’’ (SWEDD) avec le financement de la Banque Mondiale et l’appui technique de l’UNFPA et de l’OOAS’’ fait suite aux plaidoyers sur la question démographique des dirigeants sahéliens en particulier le président Issoufou Mahamadou.
AH/CA/MHM  ANP- 0035 – Octobre 2018

ANP HONEY POT