Niamey : vers l’intégration du secteur pétrolier dans l’espace CEDEAO

Soumis par lawan le jeu, 01/11/2018 - 15:20
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey  1er nov (ANP)- Le Ministre du Pétrole Foumakoye Gado a présidé ce jeudi 1er novembre dans la salle de commission du palais des congrès, l’Atelier de validation du programme régional de facilitation  de l’approvisionnement en produits pétroliers dans l’espace de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
L’objectif de cette rencontre  communautaire qui prendra deux jours, est d’œuvrer à la mise  en œuvre de stratégies et des actions adéquates pour le développement et l’intégration du secteur pétrolier  de la région.
Dans un discours prononcé à cet effet, le commissaire sur énergie et mines de la CEDEAO, Sediko Douka a indiqué que  le sujet qui « nous a réunit est d’une importance capitale pour le développement socio-économique de notre région, tant l’impact des hydrocarbures sur la croissance économique des Etats n’est plus à démontrer ».
L’intégration économique est un maillon essentiel des missions de la CEDEAO,  et cela ne peut se faire sans l’harmonisation des politiques et réglementations et sans le développement des infrastructures intégrées particulièrement celles de l’énergie et des hydrocarbures.                                                 
C’est à cela que « la CEDEAO s’emploie à assurer depuis déjà plusieurs années, un approvisionnement fiable en énergie (électricité, pétrole, charbon et gaz) au sein de la région, mais aussi à améliorer la sécurité énergétique et accroitre l’accès des populations aux services énergétiques modernes, abordables et à moindre couts »,  a annoncé le commissaire Sediko.
Le Ministre du pétrole  Foumakoye Gado, qui a présidé cette cérémonie,  a déclaré dans  son intervention, « qu’aucun développement  ne peut se faire de manière durable sans accorder une attention particulière à la sécurité énergétique. Dans ce contexte, une bonne stratégie énergétique doit prendre en considération les aspects liés au potentiel en ressources énergétiques, à l’évolution de l’offre et de la demande et les tendances des marchés régionaux et internationaux ». Mieux, elle doit pouvoir s’intégrer dans une approche régionale qui permet de tirer profit d’un vaste ensemble d’opportunités et de réaliser des économies d’échelles à travers la coopération régionale.
« La plupart des raffineries de la région fonctionne à moins de 30% de leur capacité avec des niveaux d’endettement très élevés pour certaines, faisant du secteur du raffinage un maillon faible du sous secteur pétrolier. Seule la raffinerie SORAZ au Niger fonctionne a environ 80 à 90% de sa capacité avec cependant aussi un  fort taux d’endettement », a fait valoir le Ministre du Pétrole.
Le Ministre a indiqué que «   malgré une forte évolution de la consommation en produits pétroliers dans la région qui devrait doubler dans les 10 prochaines années (34 millions de tonnes en 2017), il est à noter un ralentissement des investissements dans les infrastructures logistiques nécessaires pour garantir une gestion efficiente de ce flux de produits. Il convient de souligner également l’absence de corrélation entre les réglementations nationales notamment en matière de fiscalité, de stock de sécurité de structure des prix, de lutte contre la contrebande, de spécifications des produits pétroliers nécessaires pour rendre fonctionnel un véritable marché régional bénéfique pour la sécurisation des approvisionnements des Etats membres de la région et la baisse du prix à la pompe pour les consommateurs. »
Le ministre Foumakoye  s’est réjoui de cette initiative de la CEDEAO en ce sens qu’elle est « un parfait exemple de coopération régionale qui devrait permettre de dynamiser le sous-secteur pétrolier aval dans notre région et de renforcer la sécurité énergétique gage d’un développement socio-économique durable ».
Cet atelier qui durera deux jours, a vu la participation de l’association des Raffineurs Africains (ARA) et de l’Organisation des Producteurs Africains de pétrole (APPO).  Ce qui constitue un témoignage supplémentaire de l’engagement de ces organismes expérimentés du secteur pétrolier, à accompagner la CEDEAO dans ses efforts de rendre dynamique et attractif le marché du pétrole et du gaz en Afrique de l’ouest. La CEDEAO regroupe 15 pays de l’Afrique occidentale auxquels se joindra le Maroc.
Le Niger est un petit producteur du pétrole depuis 2011 avec une production de  20.000 barils/jour qui passerait à 100.000 barils/jour dans les prochaines années.
AAM/SML/MHM/CA/ ANP - 004 novembre 2018

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT