Niamey : Ouverture d’une conférence régionale sur la Gouvernance en Afrique et au sahel

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le lun, 10/09/2018 - 16:05
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 10 septembre (ANP) – Le Président nigérien Issoufou Mahamadou a présidé ce lundi 10 septembre à Niamey l’ouverture des travaux de la Conférence Régionale sur « l’impunité, l’accès à la Justice et les droits humains dans le contexte des nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel ».
Le Chef de l’Etat a souligné qu’ au Niger, les réformes juridiques et institutionnelles, la prise de conscience collective et l’engagement des leaders ont permis ‘’à notre pays de faire un bond qualitatif dans l’offre de justice tant sur le plan de la couverture du pays en infrastructures que dans le traitement des affaires.’’
‘’ La Justice nigérienne a réussi à relever le défi du jugement des délicates affaires de terrorisme tandis que la Police judiciaire a démantelé à plusieurs reprises et à plusieurs endroits du territoire national des réseaux de trafiquants de drogue et d’armes’’. a-t-il relevé, notant que dans le cadre  de la formation des magistrats,  il a été élaboré et mis en œuvre un Manuel des droits de l’Homme à l’usage des magistrats du Niger dont l’avantage est de préparer les magistrats à la prise en charge des affaires, en ayant comme boussole les principes du procès équitable et de la bonne administration de la Justice.
Au nombre des actions dans ce sens au Niger, le président nigérien  a rappelé que  des lois ont été adoptées, ces dernières années, contre le terrorisme et le crime organisé, y compris contre la migration clandestine et des réformes ambitieuses ont été engagées pour assurer l’offre de la justice à travers un maillage territorial en juridictions.
L’impunité c’est « l’absence en droit ou en fait de la mise en cause de la responsabilité pénale des auteurs des violations des droits humains, ainsi que de leurs responsabilités civiles, administratives ou disciplinaires, en ce qu’ils échappent à toute enquête tendant à permettre leur mise en accusation, leur arrestation, leur jugement, et, s’ils sont reconnus coupables, leur condamnation à des peines appropriées y compris à réparer le préjudice subi par leurs victimes », a-t-il explicité, estimant que ‘’la lutte contre l’impunité est d’une importance primordiale dans les travaux de reconstruction des sociétés civiles à la suite des conflits importants. Nous le constatons dans la région de Diffa dans le cadre de notre combat contre Boko Haram. La lutte contre l’impunité contribue à rétablir les valeurs communes d’une société, à affirmer la supériorité du bien sur le mal, de l’ordre sur le chaos. L’impunité est inconciliable avec une paix durable. Les bourreaux, les coupables doivent répondre de leurs actes et être condamnés et les victimes doivent être indemnisées.’’
Le président nigérien a réaffirmé que ’’face aux menaces que constituent, pour notre région, le terrorisme et le crime organisé, ces ennemis sans foi ni loi, ces ennemis qui tuent, pillent et violent, ces ennemis qui sapent la paix et la sécurité dont nos Etats et nos peuples, nos Etats n’ont eu d’autres choix que de renforcer les capacités opérationnelles et de renseignement de leurs forces de défense et de sécurité.’’
‘’Nos Etats ont par ailleurs eu l’heureuse initiative de mutualiser leurs moyens, dans le bassin du lac Tchad avec la mise en place de la Force Mixte Multinationale et dans le Sahel avec la mise en place de la force conjointe du G5-Sahel’’, s’est-il réjoui le président en exercice du G5 Sahel, ajoutant :  ‘’nos Etats ne se limitent pas à un combat sécuritaire purement militaire : soucieux de consolider la trinité Peuples – Gouvernants – Armées, ils ont intégré, dans leur stratégie, l’Etat de droit, la justice et la lutte contre l’impunité.’’
Ainsi, les Forces de défense et de sécurité du Niger mènent le combat contre le terrorisme et le crime organisé dans le respect du droit international humanitaire. Les actions civilo-militaires qu’elles entreprennent vont dans ce sens. L’existence d’une composante police au sein des forces opérationnelles reflète également ce souci, a fait prévaloir le Président Issoufou.
Pour le Chef de l’Etat nigérien,  ‘’Intégrer le respect des droits humains, la justice et la lutte contre l’impunité dans notre lutte contre le terrorisme et le crime organisé, c’est la stratégie gagnante. Le respect des droits humains est la ligne de démarcation fondamentale entre nous et les terroristes’’.
‘’les crimes odieux qu'ils commettent, sur les territoires de nos Etats, nous interpellent ; ils nous appellent à plus de responsabilité, de solidarité, de coopération pour réduire les menaces et assurer notre survie en tant qu’Etat’’. a-t-il fait observer.
Pour le Président en exercice du G5,  ‘’Aucun criminel, aucun terroriste ne doit se sentir à l’abri dans notre espace, parce qu’en face, nous aurons été capables d’opposer la cohésion de nos nations, notre engagement ferme et déterminé à défendre nos valeurs et nos aspirations, et surtout notre vision commune de la gestion des questions de sécurité et de justice qui doivent s’inscrire dans une perspective globale’’
‘’  Je lance donc un appel à tous les Etats épris de paix et de sécurité, à une plus grande et plus efficace coopération’’, a-t-il dit. : Beaucoup d'efforts ont été fournis par les pays de notre espace commun et les organisations internationales qui soutiennent nos actions.
Il a plaidé que ces efforts s’intègrent dans la stratégie antiterroriste mondiale qui se veut globale, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies dans sa résolution du 20 septembre 2006 et qui proclame : « une action efficace contre le terrorisme et la protection des droits de l’homme sont des objectifs non pas contradictoires mais complémentaires et synergiques ».
AIO-CA/ MHM/ANP- 0029 septembre 2018

ANP HONEY POT