Niamey : Conférence publique autour de la commémoration de la Déclaration universelle des droits de l’homme

Soumis par lawan le mar, 10/12/2019 - 14:00
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

NIAMEY, 10 déc. (ANP) - La Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) du Niger, en collaboration avec la Délégation de l’Union Européenne et le Réseau Panafricain pour la Paix et la Démocratie (REPPAD), a organisé, ce mardi 10 décembre à son siège, une Conférence publique dans le cadre de la commémoration du 71ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH).
Cette conférence, qui regroupe les représentants du ministère de la Justice, les responsables des Forces de défense et  de sécurité, les acteurs de la société civile et des Droits humains, a pour thème : « Cadre juridique des défenseurs des droits humains au Niger ».
En ouvrant ces travaux, le Rapporteur de la Commission Nationale des Droits Humains, assurant l’intérim du Président, Dr Moussa Hamidou Talibi a indiqué que la célébration de la DUDH, depuis l’installation de la CNDH en 2013, « était devenue une fête tournante dans les régions, à travers des activités de sensibilisation et de formation sur le sens, la valeur et la portée de cette déclaration, mais également des visites sur le terrain ».
La DUDH est un document fondateur « qui a proclamé les droits inaliénables de chaque individu en tant qu’être humain, sans distinction de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation », a rappelé Moussa Talibi.
Cependant, les personnes qui osent s’élever pour défendre les droits humains « sont de plus en plus prises pour cibles et les endroits sûrs, pour elles, disparaissent à une échelle alarmante », a constaté le Président par intérim de la CNDH, rappelant qu’en 2016, des personnes ont été tuées dans au moins 22 pays pour avoir défendu pacifiquement les droits humains.
La volonté politique de protéger les défenseurs des droits humains en tant qu’acteurs essentiels pour bâtir un monde plus sûr et plus juste « doit être manifestée par une loi nationale protectrice. Celle-ci est, au Niger, au stade de projet », a-t-il informé, notant qu’à travers cette activité, la CNDH et ses partenaires « militent en faveur de son adoption, pour consolider le cadre juridique existant ».
De son côté, le Conseiller politique à la Délégation de l’Union Européenne, M. Olai Voionmaa  a déclaré que l’Union Européenne « réaffirme son ferme attachement à la pleine jouissance des droits de l’Homme, notamment aux femmes et aux filles. Mais au-delà de ce nécessaire engagement individuel, la défense des droits de l’Homme relève aussi d’un engagement collectif, dans lequel l’UE entend jouer un rôle de premier plan ».
La célébration de cette année permettra sans doute « de mettre en lumière les capacités des jeunes en matière de défense des droits de l’homme », a-t-il souhaité.
Cette conférence sera animée par le professeur Djibril Abarchi, enseignant-chercheur à l’université de Niamey, Nouhou Mahamadou Arzika, acteur de la société civile et Président du MPCR, et Nouhou Boubacar du Syndicat des magistrats du Niger.
SML/KPM/ANP 048 Décembre 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT