Maradi : Lancement d’une campagne sur la planification familiale

Soumis par lawan le mer, 23/01/2019 - 10:43
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Maradi, 23 janvier (ANP)- L’épouse du chef de l’Etat Lalla Malika Issoufou a assisté ce 22 janvier à Maradi  au lancement de  la campagne en faveur de la planification familiale, de lutte contre les violences basées sur le genre et la scolarisation de la jeune fille.
L’objectif général de cette caravane est de promouvoir la demande de services de la santé de la reproduction, en particulier repositionner la planification familiale et luter contre les violences basées sur le genre.
Selon le ministre de la Santé publique, Illiassou Idi Mainassara, la caravane de Maradi s’inscrit en droite ligne dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre les violences faites à l’endroit des femmes et des enfants. Pour lui, cet objectif sera atteint avec le concours de tous à travers l’implication des autorités administratives, traditionnelles et religieuses, des élus ; l’implication et la sensibilisation des populations ; l’implication et l’engagement de la communauté en prenant des mesures adéquates et en appuyant des centres de santé de la région de Maradi à offrir des services de santé de la reproduction de qualité aux populations.
Le représentant  du Fonds des Nations Unies pour la Population au Niger, M. Ismail Mbengue a indiqué que le ministère de la santé publique a mis à la disposition de cette campagne 70 sages-femmes compétentes dont 60 venues des autres régions du Niger pour renforcer l’offre de services et les compétences des prestataires au niveau de 56 CSI, 14 cliniques mobiles composées chacune de 2 sages-femmes, une infirmière et un communicateur qui vont couvrir l’ensemble des villages de 8 départements de la région de Maradi.
La première Dame Dr Lalla Malika Issoufou a invité tous les leader d’opinion à se mobiliser en particulier les autorités administratives, la chefferie traditionnelle, les leaders religieux, les associations de défense des droit humains, les organisations féminine et de jeunesse, les élus locaux pour promouvoir l’utilisation des services de santé de la reproduction en particulier la Planification familiale, la lutte contre les violences basées sur le genre et la scolarisation de la jeune fille et son maintien à l’école.
Mardi (Centre Est) avec un indice synthétique de fécondité de 8,2 enfants/femme est une des régions la plus féconde du Niger.
Le taux de contraception moderne au Niger oscille autour de 12%, selon les chiffres officiels.
AT/CA/ANP-0091 Janvier 20149

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT