Les trois centrales syndicales du Niger reçues par le Premier Ministre

Soumis par lawan le ven, 15/11/2019 - 10:47
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 15 Nov (ANP)- Le Premier Ministre Brigi Rafini a reçu en audience ce jeudi 14 novembre 2019, les trois centrales syndicales affiliées à la Confédération Syndicale Internationale (CSI) à savoir la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger (CDTN), la Confédération Nigérienne des travailleurs (CNT) et l’Union des Syndicats des Travailleurs du Niger (USTN).
‘’Nous avons exécuté un projet avec nos partenaires internationaux, un projet qui a été appelé Comité d’analyse et de recherche syndicale et nous sommes à la veille du Congrès de la CSI Afrique, nous avions bien voulu partager avec le Premier Ministre les résultats de ce projet exécuté dans notre pays avec l’appui de la CSI et avant que nous nous rendions à Abuja à l’occasion des travaux  du Congrès où nous parlerons bien sûr, de la mise en œuvre de ce projet dans notre pays’’ , a déclaré le Secrétaire Général de la CDTN M. Djibrilla Idrissa.
‘’Je dois dire que c’est un projet qui est exécuté dans différents pays de l’Afrique francophone et pour le cas du Niger plusieurs thématiques ont été examinées  ou étudiées et il est de notre responsabilité de faire le point au Gouvernement précisément le Chef du Gouvernement en présence du Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection Sociale et le Ministre délégué au Budget, voici l’objet de la présente rencontre et nous sortons satisfaits parce que ça a été objet d’échanges entre le Gouvernement et nous, organisations syndicales affiliées à la CSI Afrique’’ , a enfin indiqué le SG de la CDTN.
Quant au Coordonnateur du Comité d’analyse et de recherche syndicale M. Moussa Adamou, il a rappelé que ‘’le projet CARS  vise à renforcer les capacités d’actions des organisateurs syndicales, il s’agit pour nous, a-t-il poursuivi, experts et chercheurs syndicaux de mener un certain nombre d’études par rapport aux préoccupations des travailleurs’’.
‘’Dès lors qu’on sait que toutes les préoccupations sont liées au budget de l’Etat, nous avons inscrit cette thématique à l’ordre du jour comme nous l’a recommandé la CSI qui pilote ce projet à travers le CARS régional’’ , a-t-il ajouté.
‘’C’est que nous sommes venus dire au Chef du Gouvernement, c’est d’abord lui signifier l’existence de ce Comité d’analyse et de recherche syndicale et comme l’a dit le SG de la CDTN, porté à sa connaissance les résultats auxquels nous sommes parvenus au cours des trois années de recherche ’’ , a indiqué M. Moussa Adamou.
Le Coordonnateur du Comité d’analyse et de recherche syndicale a par ailleurs affirmé que ‘’par rapport à notre démarche de plaidoyer, il a été très réceptif par rapport à ces préoccupations et a pris un certain nombre d’engagements pour associer les organisations syndicales désormais, parce que c’est ce on lui demande pour prévenir les conflits sociaux’’.
‘’C’est une bonne chose de rencontrer des partenaires comme le Gouvernement, de façon à ce qu’on traite les questions relatives au monde du travail en amont,  plutôt que d’attendre l’explosion comme ça a été le cas au niveau de la société civile pendant ces années passées’’ , a-t-il ajouté.
M. Moussa Adamou  a affirmé qu’il y a eu des contestations  par rapport au budget de la part de la société civile, et nous pensons que s’il y a eu des concertations en amont, sur le budget notamment sur les mesures nouvelles dans la loi des finances chaque fois que de besoin, on gagnerait, on avancerait beaucoup plus, maintenant que la question est au niveau du Gouvernement, nous pensons que cette question est réglée’’.
‘’La 2ème préoccupation c’est sur la protection sociale, notamment l’exaction de la protection sociale et aux acteurs de l’économie informelle, là aussi c’est une grande préoccupation, fort heureusement, on vient de comprendre que ça fait partie des priorités du Gouvernement, en ce sens que la protection sociale au Niger est même constitutionnelle et il y a des processus qui sont en train d’être mis en place pour permettre à chaque nigérien d’adhérer au moins à un minimum de protection sociale’’,  a-t-il ajouté.  
La dernière thématique sur laquelle nous avons effectué des recherches et dont nous avions discuté avec le Premier Ministre c’est les droits des travailleurs au sein des multinationales dont les filiales sont installées au Niger, il y a eu beaucoup de problèmes au niveau de ces multinationales notamment en ce qui concerne les droits des travailleurs nigériens qui sont là-bas  et  nous avons proposé au Gouvernement à ce que désormais, la protection des droits des travailleurs soit incluse dans les accords que le Gouvernement signe et par exemple si une entreprise veut s’installer au Niger, dans le protocole qu’on lui dise que c’est une condition pour l’autoriser à s’installer au Niger à condition qu’il respecte les droits des travailleurs’’ ,  a conclu M. Moussa Adamou.
MTM/CA/ANP- 0060 Novembre 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT