Le FMI prévoit pour le Niger une croissance économique moyenne de 7% pour les cinq prochaines années

Soumis par lawan le mer, 13/11/2019 - 14:56
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

 Niamey, 13 novembre (ANP) - La cinquième revue du programme de facilité élargie de crédit (FEC) porté par le fonds monétaire international (FMI) au Niger prévoit une croissance économique moyenne de 7 pour cent pour les 5 prochaines années au Niger, a annoncé le chef de la mission du fonds, M. Christoph A.Klingen, lors d’une conférence de presse qu’il a co-animée le mardi 12 novembre avec le Ministre nigérien en charge des Finances, M. Mamadou Diop.
Cette conférence de presse s’est déroulée en présence du Représentant résident du FMI au Niger, M. Mehmet Cangul et des cadres centraux du Ministère des Finances.
Dans ses relevés de conclusions, la mission du FMI note que la mise en œuvre du programme de réformes du gouvernement nigérien a été satisfaisante malgré un environnement difficile. Quant à la croissance économique du Niger, elle est vigoureuse grâce à d’importants projets d’envergure lancés par le gouvernement.
En outre, les autorités nigériennes et l’équipe du FMI ont abouti à un accord de principe pour l’achèvement de la 5ème revue du programme appuyé par la Facilité Elargie de Crédit. L’examen de la proposition par le conseil d’administration du FMI pourrait avoir lieu début janvier 2020.
Par ailleurs, la mission du FMI a relevé que le gouvernement reste fermement engagé à la mise en œuvre des reformes de son Plan de Développement Economique et Social (PDES 2017-2021).
L’activité économique bénéficie du succès du gouvernement à attirer des investisseurs étrangers et de l’augmentation de l’appui des bailleurs de fonds, ainsi que de bonnes campagnes agricoles, malgré une situation sécuritaire tendue et la fermeture des frontières avec le Nigeria. Selon le rapport de cette mission, la croissance devrait atteindre 6,3% cette année et dépasser en moyenne 7% sur les cinq prochaines années. La construction de l’oléoduc pour le pétrole brut et le démarrage attendu des exportations de pétrole en 2022 constituent une manne pour l’économie.
S’agissant de la situation budgétaire, elle demeure dans l’ensemble satisfaisante et le déficit global devrait s’améliorer cette année pour respecter le plafond de 3% du PIB en 2020 fixé dans le cadre de l’UEMOA
Ainsi, l’équipe du FMI a félicité les autorités nigériennes pour avoir obtenu un accord pour la construction d’un oléoduc pour l’exportation de pétrole brut et le développement du gisement pétrolier associé. Les recettes budgétaires devraient augmenter d’au moins 2% du PIB à partir de 2022 et les fournisseurs et travailleurs locaux dans les activités liées au pétrole devraient également en bénéficier.
Par rapport à la fermeture des frontières du Nigeria, le ministre des Finances a reconnu que cette situation a impacté sur la mobilisation des ressources internes de l’Etat. « Le gouvernement a pris effectivement des dispositions pour minimiser les effets liés à cette fermeture des frontières du Nigeria. L’une des réponses du gouvernement par rapport à cette situation inattendue repose sur la mobilisation des régies financières afin de compenser cette baisse des recettes. Autrement dit les régies financières vont proposer des mesures nouvelles permettant de faire d’ici la fin de l’année de mobiliser des ressources plus que prévues. Pour y arriver, des mesures de contrôle seront intensifiées pour recouvrer plus de recettes », a déclaré le Ministre Diop, avant d’estimer à une quarantaine de milliards de F CFA la baisse des recettes due à la fermeture des frontières du Nigeria.
Selon lui, « la qualité des rapports du Niger avec ses partenaires a fait en sorte que nous avons pu obtenir des ressources supplémentaires par rapport à ce qui était prévu dans le budget 2019. Une partie de ces ressources viendra compenser la baisse des recettes que nous subissons aujourd’hui ».
« J’ajoute aussi que la question est prise en compte au niveau le plus élevé avec la tenue dans quelques jours d’une réunion à Abuja entre le Niger, le Benin et le Nigeria afin d’examiner toutes les difficultés et trouver des solutions. Et nous espérons qu’après cette réunion, les frontières trouveront leur ambiance d’antan », a souhaité le ministre Mamadou Diop.
En ce qui concerne la qualité des dépenses, le chef de mission du FMI, M. Christoph A. Klingen, a souligné qu’en dépit des efforts de mobilisation des ressources internes et l’appui budgétaire des partenaires extérieurs, les ressources du Niger sont encore maigres tandis que les besoins sont énormes. D’où la nécessite de prioriser les dépenses afin que celles-ci soient efficaces et efficientes.
DKLE/MHM/KPM  ANP 055 Novembre 2019
 

 

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT