Le développement économique local du Kawar au centre d’une rencontre des ses ressortissants à Niamey

Soumis par lawan le sam, 12/10/2019 - 15:04
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 12Oct (ANP)- La première réunion des ressortissants du Kawar basés à Niamey  s’est ouverte  ce samedi 12 octobre au Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) de Niamey avec pour objectif la construction d’un développement  économique local.
Durant trois jours , les participants à cette rencontre  vont se pencher  sur les réelles préoccupations des populations du Kawar et mèneront des discussions qui dégageront les priorités des populations dont il est besoin d’accompagner les processus de conception , d’élaboration et de recherche de financement des dossiers qui en seront issus . 
Dans son discours d’ouverture le préfet du département de Bilma M. Boudou Fatimi  a adressé au nom de la population du département de Bilma les salutations fraternelles aux participants  et les a transmis les encouragements du gouverneur de la région d’Agadez qui suit avec une attention soutenue toutes les actions menées  en faveur des communautés.
Le préfet du département de Bilma d’annoncer que malgré ce facteur d’un développement endogène au Kawar les populations sont loin de l’épanouissement dont elles pouvaient s’y attendre.
Tout de même, a-t-il poursuivi, «  le phénomène migratoire semble être, aujourd’hui, pris en charge grâce aux efforts déployés par le Gouvernement et la bonne compréhension des acteurs de la migration. c’est une situation qu’il est nécessaire de maintenir encore plus longtemps afin de créer les conditions socio-économiques susceptibles de dissiper tout malentendu entre les pouvoirs publics et la frange des populations tentée par cette activité notamment la jeunesse désœuvrée » .
En qualité d’autorité de tutelle, M. Boudou Fatimi d’inviter les participants à orienter leur réflexions dans le cadre global de développement du Kawar en prenant en compte les spécificités de chaque commune.
Pour sa part le Maire de Dirkou M. Boubacar Mahamad  Djaram a d’bord fait la situation géographique de sa commune rurale avant de rappeler les principales ressources naturelles que dispose la commune à savoir le sel, le natron et les dattes. Le Maire de Dirkou d’indiquer  que l’exploitation des salines de natron qui était le seul ressort des populations autochtones, dépassait le cadre de l’économie locale et le natron constituait la denrée principale du courant commercial.
Il a par ailleurs révélé que Le Kawar est aussi un carrefour de migrations  des peuples d’origines diverses candidats à la migration vers l’Europe via le Maghreb.
Selon lui, cette rencontre est pour nous, ‘’ l’aboutissement d’un long processus car il s’inscrit en cohérence avec le résultat et le fruit d’une réflexion permanant des acteurs communaux et des leaders traditionnels et religieux qui ménagent aucun effort pour cultiver la paix et consolider les acquis de la cohésion sociale et communautaire qui ont caractérisé nos société des siècles durant’’.
Auparavant, le député  Chékou Koré Hassane dans son intervention  s’est réjoui de cette présente assise qui rentre dans le cadre de la promotion économique pour le développement du Kawar. L’élu national n’a pas manqué de rappeler les potentialités que renferme cette zone, ainsi que les contraintes et menaces sécuritaires que connait la zone.
Cette rencontre s’est déroulée en présence du Maire de la commune de Dirkou, du préfet de département de Bilma, du chef de canton du Kawar, des élus nationaux, des représentants de la société civile, des représentants des partenaires techniques et financiers et de plusieurs invités.
Cette rencontre se tient dans le prolongement du forum communautaire du Kawar  de 2018 autour des enjeux du développement et celui  du Développement Economique local d’Agadez de février 2019.
Elle est organisée avec l’appui du Programme ‘’Améliorer  la gestion des défis migratoires’’ PROGEM-GIZ.
Cette zone enclavée en proie aux flux migratoires dans un contexte d’insécurité et de trafics divers dispose d’énormes potentialités (dattes, sel, natrons, patrimoines culturels, réserves eaux, ressources minières dont or et pétrole)  mais elle est en butte à l’enclavement, à la faible valorisation de ses richesses et à la faible intervention des partenaires.
AIO/CA/ANP/0079 octobre 2019.

 

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT