Le concours « mon histoire chinoise » : 9 articles présélectionnés

Soumis par lawan le mer, 20/11/2019 - 09:05
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niger/Chine-Concours
Le concours « mon histoire chinoise » : 9 articles présélectionnés
20 Nov, (ANP) -  Neuf articles ont été présélectionnés dans le cadre du concours dit « mon histoire chinoise » lancé par l’ambassade de Chine au Niger en aout dernier ; il a servi de tribune aux  citoyens  nigériens pour évaluer la coopération entre les deux pays. L’ANP ; partie prenante à cette initiative se propose de publier ces articles pour donner l’occasion au public d’en apprécier. Apres cette phase , le jury rendra son verdict.

Mon histoire chinoise. 
<<Bonsoir. Comment vas-tu ? Et Zinder? Ici à Niamey, Dieu merci ça va. Demain je t’envoie mon dossier pour le dépôt du test à la SORAZ. >> Je disais à un de mes frères ainés au téléphone.
<< Tu sais que c’est des chinois là-bas ?moi je suis très occupé pour déposer un dossier pour je ne sais même quoi. >>Telle était sa réponse à ma demande.
Avait-il raison de ne pas postuler pour travailler avec des chinois ? Pourquoi cette réponse de sa part? Travaillent-ils dur ?ou suis-je paresseux pour ne pas pouvoir suivre le rythme de leur travail pour l’atteinte des objectifs fixés ? Ou bien juste des préjugés ? Je me suis posé toutes ces questions pendant des heures.
Ne trouvant pas de réponses, pourquoi  ne pas essayer me revenait sans cesse dans la tête. C’est alors que je décidai d’en parler à Ali un ami à mon autre frère.
C’est ainsi qu’Ali envoya mon dossier à une de ses connaissances pour qu’il me le dépose à l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (ANPE) de Zinder.
Dossier déposé, d’autres questions commencent à se bousculer dans ma tête à présent. Ai-je fais le bon choix ?et Si …? Je voyais le temps s’arrêter.
Après quelques semaines d’attente, un Mardi matin, mon téléphone sonna. Je regardais l’écran, c’était un numéro inconnu. Je décrochais, une voix masculine me parla en ces termes :
<<Bonjour Monsieur. Vous avez déposé un dossier pour le test de recrutement des agents de la société de raffinage de Zinder. Vous êtes appelés à passer un test dans l’enceinte de l’ENSP de Zinder ce jeudi. >>
C’est ainsi que dès le mercredi, je prenais un bus d’une compagnie de transport de la place, direction Zinder pour y passer le test.
C’était l’occasion de rencontrer des connaissances, des anciens camarades d’école et même mes enseignants qui voulaient travailler pour les chinois. Alors je me suis mis à me dire que tout ce beau monde n’est-il pas au courant de ce qu’on appelle travail avec chinois ?
Le test écrit fini le jeudi vers 11heures, je fus rappelé par un autre numéro inconnu le même jour vers 14heures pour y revenir et passer un entretien.
Quelques semaines d’attente et je fus rappelé pour passer une visite médicale à l’hôpital national de Zinder avant de prendre service à la SORAZ.
Mon séjour commença par une formation par un membre du staff de la division Hygiène, santé, sécurité et environnement, qui nous briffa sur la SORAZ et les consignes de sécurité à respecter, ainsi que du règlement intérieur de la société.
Après c’était autour d’un assistant du département ressources humaines de nous orienter au niveau des différents départements auxquels nous étions appelés à travailler.
Nous étions huit techniciens pour le département de maintenance. Quatre mécaniciens, un électricien et trois instrumentistes dont je faisais partie.
Des jours passèrent, des semaines passèrent, nous voilà sous la supervision d’un ancien ingénieur nigérien et d’un autre chinois occupés à ne réaliser que des travaux de génie civil. Rien avoir avec les équipements mécaniques, électriques ou mêmes les instruments de mesures et régulations dont nous nous attendions.
Durant trois mois qui étaient notre période d’essai, nous étions occupés à creuser des  trous, construire des regards, curages du bassin d’évaporation,…et par la suite faire des évaluations de niveau.
Après cette période d’essai nous voilà chacun dans son domaine  et son équipe d’intervention.
J’étais à l’équipe No 1 au niveau de l’instrumentation avec sept autres chinois.
N’a-t-on pas coutume de dire : << La non remise en cause des préjugés et opinions d'un individu est un facteur d’ignorance ? >>
Ces même chinois qui au début étaient indifférents à notre présence, métamorphosèrent complètement une fois dans la même équipe. Solidaires, nous devenons. Coopération totale.
On se disait bonjour en se serrant la main chaque matin avant un briefing sur la sécurité et les activités qui se dérouleront durant la journée .Ce qui était impensable quand je les côtoyais de loin. Ils avaient radicalement changé.
Voilà aujourd’hui sept ans que nous nous retrouvons en parfaite harmonie pour le travail qui nous unis, malgré nos différences culturelles. Chacun faisant de son mieux pour essayer de comprendre la différence avec l’autre.
L’anglais étant la langue de travail à la SORAZ, ils nous arrivent  de créer notre jargon qui n’est ni Anglais, ni Français, ni Mandarin, ni Arabe, ni Haoussa. Seul un agent de SORAZ peut le comprendre.
-Unit 4 Sadiga wala wala me, Number 2 have small problem. (L’opérateur de l’unité 4 vient de m’appeler, ils ont un petit  problème à la station 2)
-Ok. Me now kehouwé.After go to looker looker. (Ok. maintenant je pars à une réunion .Après nous allons partir voir).
Eh oui ! Différents nous sommes. Nous ne partageons pas certaines habitudes  aussi et beaucoup d’autres choses aussi mais humains nous sommes.
Ainsi, de cette coopération, de ce brassage culturel, de cette rigueur dans le travail qui est typique aux chinois, de l’adaptation de nous les nigériens à l’application de cette science qui elle, est universelle, découlent des produits raffinés qui font la fierté de ces deux peuples.
                                                                                 VIVE LE NIGER ET VIVE LA CHINE.
Auteur : Mai Saley Issaka Sountalma.
Technicien Maintenance Instrument : Société de raffinage de Zinder (SORAZ)
Tel : (00227) 96994148

Notre début au département de la maintenance en 2012

 

Le transfert de technologie : une réalité
Montage d’une sonde de température PT100 avec enregistrement au Lanzhou Petrochemical Company. (LPC)

 

Nos formateurs au Lanzhou Petrochemical Company. (LPC)

 

 

Visite et découverte de la grande muraille de Chine avec des amis chinois

 

Photo avec des enfants chinois au Nid d’oiseaux.

Photo avec la fille d’un collègue et ami chinois.

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT