Le collectif des organisations de la société civile de diffa s’insurge contre les enlèvements des personnes

Soumis par lawan le ven, 09/08/2019 - 14:37
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey 9 Aout (ANP)-Le collectif des organisations de la société civile de diffa s’est  insurgé  jeudi 08 aout  contre les enlèvements de personnes et de leurs biens au cours d’une réunion tenue le même jour dans la localité.
Cette réunion visait à analyser la situation sécuritaire et socio-économique de la région de Diffa.
A l’issue de la réunion, le collectif a publié une déclaration dans laquelle il relève que ces derniers mois, la recrudescence des enlèvements qui s’opèrent dans la région de diffa explique clairement la précarité de la situation sécuritaire et de la protection des citoyens dans cette partie du Niger. En effet, après les enlèvements des femmes et enfants dans plusieurs villages, des individus armés s’adonnent aux enlèvements des leaders communautaires, des riches commerçants et des fonctionnaires de l’état.
A  ces enlèvements des personnes à répétition s’ajoute le vol des bétails en masse. En effet au delà des petits vols de bétails traditionnels  qui sont opérés depuis l’avènement de l’insécurité, ces derniers temps des troupeaux des bovins sont subtilisés par des individus armés avant de disparaitre dans la nature. Ainsi, une dizaine de troupeaux  ont été volés dans la région notamment à diffa, N’guigmi  et Chétimari.
L’interdiction de l’urée aux producteurs malgré la levée de la mesure  dans  le domaine de l’agriculture  constitue un sérieux handicap pour les producteurs alors que la CAIMA dispose d’un stock important de plus de 2 000 tonnes pour le compte de la région de diffa.
Au regard de tout ce qui précède le collectif exige l’assouplissement des toutes les mesures restrictives notamment celle concernant le couvre-feu, la levée de toutes les barricades dans toutes les villes de la région de diffa, et faciliter l’accès à l’urée  aux producteurs afin de booster la production.
Le collectif exige également un renforcement du dispositif sécuritaire dans la région de diffa, et appelle le gouvernement à prendre toutes les dispositions pour que le prochain gouverneur jouisse  de tout son pouvoir en tant que  représentant du président de la république.
Le collectif adresse, en fin, ses condoléances les plus émues à la famille du commandant régional de la garde Nationale de diffa suite à sa disparition tragique ainsi qu’à la grande famille de  FDS  et à toute la nation nigérienne.
Le collectif encourage les forces de défense et de sécurité pour tout ce qu’elles font dans leurs missions de la défense de l’intégrité de la nation et de la sécurisation des personnes et de leurs biens.
Selon les données d’OCHA, 147 personnes ont été enlevées dans la région de diffa pendant le seul mois de juin 2019 dont plusieurs femmes et enfants qui restent toujours dans les mains des ravisseurs. Ces otages sont souvent libérés contre paiement des rançons qui s’élèvent entre 500 000 à 5 000 000 de FCFA. En 2018 une dame et sa fille ont été libérées contre paiement de 34 millions de FCFA.
La région de diffa est placée sous l’état d’urgence depuis  2015 suite aux attaques des terroristes dans la zone.
MHM /AS ANP O38 Aout 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT