‘’La solution au problème d’Anefis se trouve dans la mise en oeuvre rapide de l’Accord d’Alger’’, déclare le président nigérien Issoufou Mahamadou

Soumis par lawan le mer, 02/09/2015 - 18:58
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 02 septembre(ANP)- Le président malien Ibrahim Boubacar Keita poursuit sa visite d’amitié et de travail à Niamey, où il a eu ce mercredi un entretien en tête à tête avec son homologue Issoufou Mahamdou au Palais de la présidence de la République.

 Les deux chefs d’Etat avaient par la suite coprésidé une séance de travail élargie aux délégations malienne et nigérienne, avant d’animer une conférence de presse axée pour l’essentiel, sur le terrorisme, la migration et le retour de la paix au  Mali.

 Ce pays, du reste, a du mal à faire respecter sur le terrain par toutes les parties prenantes, les dispositions de l’Accord d’Alger, censé mettre fins aux agissements des groupes armés dans le Nord.

  Tous les regards sont aujourd’hui braqués sur  le départ ‘’sans condition’’ de la ville d’Anefis des troupes pro-gouvernementales au profit de la Coordination du Mouvement de l’Azawad (CMA) chassée des lieux il y a quelques jours.

 ‘’ Je pense que la solution au problème d’Anefis se trouve dans la mise en œuvre rapide de l’Accord d’Alger’’ a déclaré le président nigérien Issoufou Mahamadou, lors d’une conférence de presse coanimée avec le président malien.

 Le  chef de l’Etat nigérien estime que le terrorisme est une menace relativement nouvelle « dans notre sous-région, c’est pour cela que nos Etats ont eu quelques difficultés à trouver des réponses appropriées de manière immédiate ». 

« Il y a eu beaucoup de tâtonnements pour trouver des réponses  qui conviennent à cette menace » a-t-il dit.

 Pour le cas du groupe ‘’ Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ex Boko Haram)  Issoufou Mahamadou a rappelé que les Etats ont mis en place un modèle de riposte qui peut inspirer d’autres régions qui sont exposées aux mêmes types de menaces.

 «Nous sommes optimistes, nous pensons que le terrorisme n’a pas d’avenir dans notre région» a-t-il ajouté.

Sur la même question, le chef de l’Etat malien a dit que « devant les forces du mal, nous nous sommes concertés pour lier nos forces sur la meilleure manière de faire face aux terroristes, et c’est dans ce cadre que le G5 a été crée, pour prendre en compte la lutte contre le terrorisme et le développement ».

Pour le rang peu enviable qu’occupe l’Armée malienne dans le classement américain des différentes Armées africaines, IBK a répondu :’’ cela ne surprend guère, avec tout ce qui s’est passé dans le pays. Toutefois, je fais remarquer qu’aujourd’hui, des efforts sont en train d’être faits pour la reconstruction de cette Armée appelée à faire face à plusieurs défis avec l’aide des pays amis’’.

La visite du président malien au Niger a été sanctionnée par un communiqué conjoint dans lequel les deux chefs d’Etat se sont réjouis des efforts déployés par la Communauté internationale, en particulier le rôle joué par l’Algérie, chef de file de la médiation internationale, efforts ayant abouti à la signature de l’Accord susmentionné.

 Ils ont également exprimé leurs vives préoccupations et condamné le regain de violence dans le Nord du Mali, marqué par les attentats terroristes et la reprise des hostilités par certains groupes armés signataires de l’Accord de paix.

Le  chef de l’Etat malien, à la tête d’une importante délégation, quitte Niamey Jeudi dans la matinée, selon le programme de sa visite.

 AT/AMC/DMM/ ANP/Sept 2015

Tags: 

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT