La gestion déléguée du service public de l’eau au Niger au centre d’un atelier à Dosso

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le mer, 07/11/2018 - 09:44
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Dosso, 07 Nov. (ANP) - Un atelier de sensibilisation et d’information des acteurs sur la gestion déléguée  du service public de l'eau au Niger s’est ouvert mardi 6 novembre à Dosso
. Organisé  par le  Bureau de régulation du secteur de l'eau et le Réseau  des journalistes pour l'eau et l'assainissement (REJEA), cet atelier a  regroupé  pendant une journée  des maires de commune du département de Dosso, des représentants des médias public et privés,  des responsables de l'hydraulique et de l’assainissement, des délégataires et des représentants de la société  civile.
Dans le discours d'ouverture qu'il a prononcé  à  cette circonstance, le secrétaire général adjoint du gouvernorat de Dosso M. Hamballi Bouweye à adresser  ses vifs remerciements aux participants qui ont effectué  le déplacement avant de s'apesantir sur l'importance de l'eau dans la vie des communautés.  Intervenant à  son tour, le président  du REJEA M. Ousmane Dan Badji a  souligné  qu’il y a de longues années  que le gouvernement du Niger à transférer toutes  les compétences  en matière  de gestion des ouvrages hydrauliques aux collectivités. Il s'agit maintenant pour les élus  locaux d'avoir les moyens en charge de gérer cette eau pour qu’elle soit disponible aux communautés.
Avant c'était  les communautés  qui géraient elles-mêmes les ressources en eau   mais quand l'ouvrage tombe en panne, il n'y a pas de ressources pour renouveler les installations ou réparer  les forages car dans certains villages, la panne moins de 80.000 francs, les gens sont contraints  d'aller boire au marigot.  Le Niger a notifié le président du REJEA a adopté le 9 mai 2017 le Programme Sectoriel Eau Assainissement  (PROSEA) afin de permettre aux populations nigériennes de l’eau de qualité.  Aussi, l'Etat  à décider  de confier cette gestion des eaux aux maires.
‘’Nous sommes  en 2018, et il est inconcevable  que les communautés  soient privées d’accès à  l'eau potable. Le maire et les délégataires  doivent donc mettre tous les moyens possibles  pour  garantir l'accès  à  l'eau potable au niveau des communautés.’’, a-t-il dit. 
Parlant de la gestion déléguée,  le président du REJEA a souligné  qu'elle  permet au maire de faire face à  d'éventuelle panne, notant que  la constitution et le code de l'Eau font de  l'accès  des communautés  à  l'eau potable est un droit humain.
Au Niger,  la couverture géographique en points d’eau modernes est de 69,5% en 2016 en milieu urbain contre  45,5% en milieu rural, rappelle-t-on.  

MA/CA/ANP – 0021- Novembre 2018
                                                                                      

ANP HONEY POT