Intervention de Son Excellence Monsieur MAHAMADOU ISSOUFOU, Président de la République du Niger, Lors du Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le sam, 17/11/2018 - 20:19
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

     
REPUBLIQUE DU NIGER
Fraternité-Travail-Progrès
Intervention de Son Excellence Monsieur MAHAMADOU ISSOUFOU, Président de la République du Niger, Lors du Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine

Addis Abeba 17 Novembre 2018

      Excellences Mesdames Messieurs,
                 Permettez-moi de remercier notre hôte, le Premier ministre Ahmad pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité qui nous est réservée depuis notre arrivée sur cette terre Africaine d’Ethiopie.
               Permettez- moi également de saluer et de féliciter mon frère le Président Paul Kagamé, qui a su mener et conduire à terme, avec brio, ce travail redoutable de réforme qui nécessite abnégation et engagement, toutes qualités dont l’Afrique a besoin pour réussir sa transformation qualitative. 
Excellences Mesdames Messieurs,
               L’exercice de réforme de notre organisation est tout à fait opportun car si le vingtième siècle a été un siècle où les questions politiques étaient au centre des préoccupations du continent avec les luttes pour l’indépendance et pour la démocratie, le vingt et unième sera un siècle ou les questions économiques constitueront les nouveaux défis.
             C’est justement conscient de cette évolution que nous avions eu à adopter l’agenda 2063 et les programmes majeurs qui en dérivent afin de faire du continent un ensemble uni et prospère, un continent industrialisé et pourvoyeur d’emploi pour sa jeunesse. Je veux parler des plans et programmes suivants :
 le programme de la zone de Libre Echange Continentale de l’Afrique (ZLECAf),
 le Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique (AIDA),
 le programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA),
 le programme détaillé de développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA) ;
 la vision Minière Africaine (VMA) ;
 le plan d’action pour l’intensification du commerce intra-africain (BIAT).
               Ainsi que vous le voyez, l’ampleur des défis économiques auxquels notre continent doit faire face nécessite un nouveau départ pour notre organisation. Je suis heureux de voir que les propositions de décisions qui nous sont soumises sont conformes à la vision nouvelle que nous avons de notre organisation, une organisation réformée, résolument orientée vers les préoccupations économiques, notamment les charges et exigences qu’impose l’agenda 2063,  tout en ne perdant pas de vue les autres défis.
              Notre conférence est appelée aujourd’hui à examiner et adopter plusieurs décisions qui trouvent leur fondement dans les rapports et discussions issues des différents comités et instances chargés de réfléchir sur la réforme de notre organisation sous la supervision du Président Paul Kagamé.
                  Le Niger approuve les propositions de réforme de la commission notamment la structure et le portefeuille des hauts fonctionnaires ainsi que le processus de leur recrutement et de leur départ et les innovations introduites dans la gestion administrative.
                   Le Niger approuve également la transformation du NEPAD en agence de développement ainsi que l’intégration du MAEP dans les structures de la Commission.
                    Toutes ces réformes doivent concourir à faire de notre organisation et de sa commission des structures dynamiques, performantes et orientées vers les résultats. Elles doivent être complétées à brève échéance par d’autres réformes en cours notamment la gestion de la sécurité continentale et le financement de notre organisation dans un souci d’autonomie et de responsabilisation du continent.    
                       S’agissant des négociations en cours, pour le renouvellement des accords entre l’Union Européenne et les Etats ACP, le Niger est d’avis que ces négociations sont une occasion pour notre continent de renforcer son unité tout en œuvrant pour concilier les engagements individuels des Etats, tels qu’ils découlent de la Convention de Kingston(Jamaïque) de 1975, avec la nécessité de l’approche unitaire.
                      Pour conclure, permettez-moi, en tant que champion du programme de la ZLECAf, de lancer un appel aux pays qui ne l’ont pas encore fait, d’accélérer le processus de ratification de l’Accord de la ZLECAf afin que nous puissions rapidement atteindre les 22 ratifications nécessaires pour son entrée en vigueur et donnons-nous rendez-vous à Niamey en Juin 2019 pour le lancement solennel de la ZLECAf,                                    
JE VOUS REMERCIE./.

 

ANP HONEY POT