Fin à Niamey de l’atelier de haut niveau sur les dynamiques de décentralisation et de gouvernance

Soumis par lawan le sam, 23/11/2019 - 13:05
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 23 Nov (ANP)- Les travaux de l’atelier régional de haut niveau sur les dynamiques de décentralisation et de gouvernance, facteurs de paix, de stabilité et de prévention des conflits au Sahel ont pris fin le vendredi 22 novembre 2019 tard dans l’après-midi.
Pendant trois jours, les participants venus des pays membres de l’Autorité du Liptako-Gourma ont été édifiés sur la nécessité de renforcer les dynamiques de décentralisation enclenchée dans nos Etats depuis quelques années et la problématique de bonne gouvernance dans l’objectif global d’apporter des solutions aux problèmes d’insécurité qui sévissent au Burkina Faso, au Niger et au Mali. 
Dans un point de presse organisé à la fin des travaux, les organisateurs, qui sont le PNUD, la Coopération allemande, l’Alliance Sahel et l’Autorité du Liptako-Gourma, se sont déclarés satisfaits des résultats et de la cordiale atmosphère qui a prévalu au cours des travaux.
‘’Pour l’Alliance Sahel qui a été initiée en 2017, il est extrêmement important que cette alliance puisse être active, visible et que l’esprit de l’Alliance soit véritablement retranscrit dans l’activité de ses membres, un partenariat avec les pays du G5 Sahel sur le terrain’’, a déclaré Monsieur Jean-Marc GRAVELLINI, coordonnateur de l’Alliance Sahel.
Il a, également, rappelé que son institution a pour objet de faciliter la coordination de ses membres pour être plus efficaces et plus performants, et  ainsi relever les défis de la lutte contre la pauvreté, la sécurité et le retour à la paix.
Quant au représentant de la coopération allemande, Monsieur Ronald Meyer, il a axé son intervention sur le fait que cet atelier a été l’occasion pour discuter directement avec les représentants des collectivités locales.
Monsieur Meyer a préconisé une augmentation des ressources de ces collectivités pour assurer les services de base aux populations.
‘’Il est indispensable de restaurer l’autorité de l’Etat et sa présence sur le territoire afin de créer des conditions favorables de réalisation des investissements au profit des services de base. Mais il faudra aussi renforcer les collectivités territoriales à travers un transfert de compétences’’, a-t-il souligné.
Le Programme des Nations Unies pour le Développement, par la voix de son représentant par intérim, Monsieur Jose Wabo, a préconisé désormais une approche ascendante dans l’élaboration des projets.
‘’L’approche pour laquelle le PNUD accorde une importance capitale était nécessaire dans le sens où il s’agissait pour nous, non plus d’aller dans des démarches préconçues, en haut, des projets. Il s’agit de repositionner les collectivités locales non seulement en amont des processus mais également en aval. Les solutions doivent venir des collectivités locales parce que ce sont elles qui vivent les problèmes’’ a-t-il fait savoir.
Notons que le secrétaire exécutif de l’Autorité de régulation du développement du Liptako-Gourma, Monsieur Oua Saidou a tenu à remercier les partenaires techniques et financiers qui ont bien voulu apporter leur soutien dans l’organisation de cet atelier.
Selon Oua saidou ‘’cet atelier a permis de jeter les bases d’une réflexion sur les voies et moyens de faire contribuer les collectivités locales à la paix, la stabilité, la prévention et à la résolution des conflits’’.  
Rappelons que cet atelier s’est déroulé à Niamey (Niger) du 20 au 22 novembre 2019.
AS/CA/ANP- 00107 novembre 2019 

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT