Facebook peut vous suivre partout sur Internet, même si vous ne l'utilisez pas

Text Resize

-A A +A
Soumis par Administrateur le sam, 11/04/2015 - 15:31
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Des chercheurs belges ont découvert que Facebook était capable de suivre l'activité de ses utilisateurs sur Internet, même lorsqu'ils ne sont pas connectés au réseau social.

Semaine difficile pour Facebook en Europe. Alors que débutent aujourd'hui les audiences préliminaires de son procès à Vienne contre 25.000 internautes, le réseau social doit également se défendre après les découvertes de chercheurs de l'université catholique néerlandophone de Louvain.

Commandée par la Commission de la protection de la vie privée, l'étude analyse le comportement des «cookies» de Facebook. Un cookie est un petit fichier enregistré sur l'ordinateur de l'utilisateur qui garde en mémoire son activité et ses préférences sur un site afin de faciliter la navigation.

D'après les chercheurs, les cookies de Facebook suivent les utilisateurs partout sur Internet, y compris lorsqu'ils se sont déconnectés du réseau social. Même en désactivant son compte Facebook, les cookies poursuivent leur activité. L'intérêt pour l'entreprise est d'améliorer ses connaissances sur ses utilisateurs afin de leur proposer de la publicité ciblée.

En théorie, il est possible de se débarrasser de ces cookies. Le site «Your Online Choices», une initiative d'un consortium européen regroupant les acteurs de la publicité en ligne (dont Facebook), permet de contrôler ses cookies et de désactiver tous ceux dont on ne veut pas.

Facebook assure respecter le droit européen

Sauf que d'après les chercheurs, Facebook a également placé un cookie sur ce site. Il s'agit du plus coriace d'entre eux, puisqu'il peut vous suivre pendant deux ans, même si vous n'avez jamais utilisé Facebook. Le résultat est ironique: les internautes qui se rendent sur ce site pour se libérer des dizaines de cookies stockés sur leur ordinateur repartent pour deux ans de traçage. Ce dernier cookie concernerait principalement les utilisateurs européens, les chercheurs n'ayant pas trouvé de fichier similaire sur les déclinaisons américaine et canadienne du site.

Ces pratiques, ainsi que d'autres éléments de la politique de données personnelles de Facebook, sont contraires au droit européen, selon les universitaires belges. Ce dont Facebook Europe se défend, dans un communiqué qui répond point par point aux chercheurs.

Le réseau social leur donne raison sur un seul point: «Les chercheurs ont bien trouvé un bug qui pourrait avoir envoyé des cookies à certaines personnes lorsqu'elles n'étaient pas sur Facebook. Ce n'était pas notre intention. Nous sommes en train de résoudre ce problème.» Facebook restera cependant silencieux sur la présence d'un cookie sur le site européen «Your Online Choices».

ANP HONEY POT