Discours de S.E.M. Raul MATEUS PAULA, Ambassadeur de l'Union européenne en République du Niger , à la cérémonie du lancement du RESILAC

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le jeu, 24/05/2018 - 17:02
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

  UNION EUROPÉENNE

Délégation en République du Niger

 

 

 

 

Discours de S.E.M. Raul MATEUS PAULA,
Ambassadeur de l'Union européenne en République du Niger

 

Niamey, le 24 mai 2018
Seul le discours prononcé fait foi

 Monsieur le Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage;
 Monsieur le Gouverneur de la région de Diffa;
 Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Française;
 Monsieur le Directeur Régional de l’AFD pour le Sahel;
 Mesdames et Messieurs les représentants des institutions et autorités nationales;
 Mesdames et Messieurs les représentants des Partenaires Techniques et Financiers;
 Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile;
 Mesdames et Messieurs les responsables du Projet RESILAC;
 Honorables invités, Mesdames et Messieurs en vos grades, titres et qualités.

C'est avec plaisir que je prends la parole au nom de l'Union européenne pour le lancement du projet régional "Soutien aux populations du Bassin du Lac Tchad" – RESILAC.
Cette zone très particulière, qui couvre quatre pays, bénéficie d'un écosystème unique et fournit un habitat à plus de 2 millions de personnes.
Elle fait également face à des défis d'une ampleur inédite et multidimensionnelle. Son écosystème est fragile et il subit de plein fouet les effets du changement climatique.
Du fait de son accès difficile, les services essentiels de santé, d'éducation, et les infrastructures de base y sont peu développés. Enfin, les attaques de Boko Haram ont fortement déstabilisé les modes de vie et les échanges commerciaux, notamment transfrontaliers.
Les populations du Lac Tchad sont profondément affectées par cette situation. Quatre millions de personnes ont fui l'insécurité. Et les populations hôtes qui accueillent ces populations déplacées sont elles-mêmes très vulnérables.
La sécurité alimentaire, les services de santé, les activités économiques et les ressources naturelles, sont encore davantage fragilisés par ces déplacements forcés.
Pour faire face à cette réalité, l’UE est engagée à poursuivre ses efforts pour aborder cette crise dans ses diverses dimensions, d'une manière structurelle et cohérente. L'objectif est de rompre le cercle vicieux de l'instabilité et de développer une résilience profonde, en renforçant le nexus sécurité-humanitaire et développement dans ses dimensions politique, stratégique et d'actions sur le terrain.

Mesdames et Messieurs,
De par son soutien à la Force multinationale Mixte, l’Union Européenne contribue à restaurer un environnement sécurisé dans la zone du Bassin du Lac Tchad. De nombreux acteurs humanitaires sont mobilisés pour répondre aux besoins des populations déplacées et hôtes. Il faut maintenant voir au-delà de cette urgence et envisager le soutien au recouvrement et au développement, tout en continuant à répondre parallèlement à la crise humanitaire.
Le projet RESILAC a pour ambition de participer à la restauration de la stabilité socio-économique de cette zone au bénéfice des populations qui y vivent. En établissant ce lien si essentiel entre humanitaire et développement, il contribue à la réponse multidimensionnelle de la crise du bassin du Lac Chad.
En ce sens, RESILAC est un parfait exemple de l'approche intégrée voulue par l'Union européenne.
Ce projet régional contribuera à la restauration des systèmes d'alimentation et des marchés locaux en faisant la promotion de stratégies de subsistance qui protègent et renforcent les capacités des individus et des ménages à subvenir à leurs besoins.
Il offrira également des opportunités sociales et économiques qui renforcent la faculté d'adaptation des bénéficiaires et des systèmes locaux, contribuant à prévenir les déplacements répétés et à renforcer la résilience des communautés.

Monsieur le Ministre d'Etat, Mesdames, Messieurs,
L'Union européenne, à travers son Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique, soutient le projet RESILAC à hauteur de plus de 31 millions d'euros (soit 20,4 milliards de CFA) représentant 86% du financement total sur 4 années. C'est aujourd'hui le plus important projet de développement de la région du Lac Tchad et il constitue un programme phare dans l'initiative "Alliance Sahel" portée entre autres par la France et L'Union européenne.
Les interventions toucheront les 4 zones géographiques riveraines du bassin du Lac Tchad : la région de Diffa au Niger, l’Etat de Borno au Nigéria, la région du Lac Tchad au Tchad et la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. Il profitera à 90.000 bénéficiaires directs et 1.600.000 bénéficiaires indirects, en particulier des jeunes et des femmes.
Outre l'intégration avec les activités humanitaires, RESILAC a été conçu pour pouvoir s'adapter à l'évolution du contexte. La construction du projet, les diagnostics des territoires et les différents scénarios envisagés l'ont été dans cette perspective.
Un volet 'recherche' permettra d'exploiter les leçons apprises et d'orienter le projet en conséquence.
Plus généralement, la recherche menée dans le cadre de ce projet sur la mise en œuvre du nexus humanitaire-développement bénéficiera à toute la communauté des acteurs humanitaires et du développement.

Honorables invités,
Pour conclure, je voudrais insister sur la nécessité d'une coopération renforcée entre tous les acteurs, présents et à venir, dans la région du Lac Tchad. Il est crucial d'assurer complémentarité, synergies et dialogue entre toutes les parties prenantes, tant en matière humanitaire que de développement.
De cette coopération dépendra la réussite du programme RESILAC, et, in fine, une avancée vers la réalisation du potentiel de la région du Lac Tchad de redevenir un grenier pour la région toute entière.
Je souhaite plein succès à ce projet et vous remercie de votre aimable attention.
 

ANP HONEY POT