Début à Niamey de l’atelier sur la gouvernance et la décentralisation au Sahel

Soumis par ANP le mer, 20/11/2019 - 14:14
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 20 Nov (ANP)- Le Ministre délégué auprès du Ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité publique, Monsieur Alkache Alhada a présidé, ce mercredi 20 novembre 2019, la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur la gouvernance et la décentralisation, vecteurs de paix, de stabilité et de prévention des conflits au Sahel.
Cette cérémonie s’était déroulée à l’hôtel Radisson Blu de Niamey, en présence des Ministres du Plan Aïchatou Boulama , celle déléguée au Ministère de l’intérieur chargée de la décentralisation, Mme Maîzoumbou Hapsatou, du représentant du PNUD, Monsieur Jose Wabo et  de Monsieur Ronald Meyer de la coopération allemande. 
Cet atelier vise à mettre en place un plan de solutions multisectorielles à travers  une réponse intégrée à court et moyen terme.  Il s’agit spécifiquement de réfléchir et échanger sur les dynamiques régionales et nationales en matière de gouvernance, de décentralisation, de discuter de l’état de mise en œuvre des politiques de décentralisation et de gouvernance, échanger sur le rôle de l’Etat, des collectivités territoriales  et de discuter des actions  en réponses aux défis et  promouvoir les synergies entre partenaires et acteurs locaux.  
Après avoir rappelé le contexte sécuritaire caractérisé par une insécurité récurrente  de la sous région du Sahel particulièrement dans la zone du Liptako Gourma, le Ministre délégué Alkache Alhada a souligné, dans son mot d’ouverture, que ‘’ces échanges permettront de mieux percevoir les interrelations entre décentralisation, gouvernance, paix, sécurité et stabilité, mais surtout de nous interroger sur les rôles et les contributions que les collectivités peuvent apporter dans la prévention et la gestion des conflits’’.
‘’Cet atelier a pour objet d’esquisser des pistes d’actions pour faire de la décentralisation et de la gouvernance locale, des instruments de lutte contre la pauvreté, la promotion de la paix, la prévention des conflits et de cohésion sociale dans la zone du Liptako-Gourma’’ a-t-il laissé entendre.
Notons qu’auparavant, le représentant du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), chef de file du groupe gouvernance,  Monsieur Jose Wabo a pris la parole pour situer l’importance de cette thématique pour son organisation et le caractère multidimensionnel des actions, tout en appelant de ‘’la part des partenaires au développement, à une meilleure coordination des actions, une synergie des initiatives mises en œuvre dans la région’’.
‘’Le PNUD accorde une importance stratégique à la problématique de la gouvernance, qui est transversale et essentielle dans tout processus de stabilisation et de développement’’ a-t-il affirmé avant d’assurer les participants de l’entière disponibilité de son pays à accompagner les efforts de stabilisation de la zone du Liptako-Gourma.
Quant au représentant de la coopération allemande, Monsieur Ronald Meyer, il a surtout axé son intervention sur la nécessité de stabiliser les zones vulnérables et de répondre positivement aux besoins fondamentaux d’éducation, de santé et d’eau des populations.
‘’Notre vision est que la population du Sahel devienne porteuse de son propre développement, et les collectivités locales constituent le niveau gouvernemental le plus proche et le plus accepté par les citoyennes et citoyens’’ a-t-il fait savoir.
Pendant trois jours, les participants venus des cinq pays du G5 Sahel auront à discuter et élaborer un plan d’actions pour une meilleure gouvernance et décentralisation afin de stabiliser la région, indique-t-on.   
AS / MTM / ANP / 0081 Novembre 2019 

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT