Atelier de renforcement de capacités du personnel féminin de la gendarmerie

Soumis par lawan le ven, 03/05/2019 - 09:25
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Dosso, 03 Mai (ANP) - un atelier de renforcement de capacités du personnel féminin de la gendarmerie nationale sur la traite des personnes et le trafic illicite de migrants se tient depuis ce jeudi à Dosso.
Cet atelier qui durera deux jours permettra aux participantes de se familiariser sur les notions de traite de personnes, de trafic illicite de migrants, de cadre juridique national et instruments en matière de lutte contre la traite de personnes.
La cérémonie d’ouverture a été présidée par la directrice générale de l’ANLTP/TIM Mm Maïmouna Gazibo en présence du commandant du groupement de la gendarmerie de Dosso, du procureur général auprès du tribunal de grande instance de Dosso et de la représentante de l’OIM.
Dans l’allocution qu’elle a prononcée à cette circonstance la directrice générale de l’ANLTP/TIM Mm Maïmouna Gazibo a indiqué que dans le domaine de la traite des personnes et le trafic illicite de migrants, l’actualité internationale est focalisée sur le Niger en raison de sa situation géographique. Dans la sous-région a-t-elle fait remarquer le Niger est aussi un pays de transit en matière de traite de personnes parce que il passe beaucoup nationalités qui transitent par le Niger à destination des pays du Maghreb ou de l’Europe et dans le cadre de cette traversée en raison de la méconnaissance du pays et d’autres facteurs de vulnérabilité, elles basculent vers la traite.
La traite des personnes a fait remarquer la directrice générale de l’ANLTP/TIM c’est 70% de victimes de femmes et d’enfants et c’est essentiellement des hommes qui commettent des infractions à l’encontre des femmes d’où la présente formation du personnel féminin de la gendarmerie pour deux raisons. La première, c’est que la traite qui est sur l’étendue du territoire nigérien se pratique dans les zones accessibles uniquement à la gendarmerie. La deuxième raison est que de moins en moins, les institutions envoient un personnel féminin dans les formations alors que les conventions et les textes nationaux préconisent que lorsque les victimes sont des femmes qu’elles soient entendues par les femmes.   
Parlant de la traite des personnes et du trafic illicite de migrants, Mme Maïmouna Gazibo a souligné que depuis quelques années, le Niger fait partie des pays de l’Afrique de l’Ouest qui a le plus adopté les instruments juridiques appropriées demandés par les Nations Unies. Aussi a-t-elle précisé le 18 décembre 2019, le Niger a reçu de l’Union Européenne, de la CEDEAO et du du Centre International pour les Migratoires le prix de la lutte contre la traite des personnes en fonction des efforts inlassables du gouvernement pour faire moins de victimes de traite pour faire assez de sensibilisation. Aujourd’hui a dit en substance la directrice générale de l’ANLTP/TIM cette distinction fait du Niger l’Etat qui lutte le mieux en matière de traite de personnes et de trafic illicite de migrants.
Auparavant, la représentante de l’OIM a transmis ses encouragements à l’endroit des autorités nigériennes pour les efforts déployés dans le domaine de la lutté contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants et a réitéré l’engagement de son institution à accompagner le Niger dans le cadre de ses priorités. Le commandant du groupement de la gendarmerie de Dosso et le procureur général se sont eux aussi réjoui de la tenue à Dosso de cet atelier.
Il est organisé par l’agence Nationale de Lutte contre la Traite des personnes et le Trafic Illicite de Migrants (ANLTP/TIM) avec le concours de DANIDA et l’Organisation Internationale des Migrants (OIM).
MA/CA/ANP- 0017 Mai 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT