Assemblée nationale : rejet de la motion de censure déposée par l’opposition (1er lead)

Soumis par lawan le ven, 28/06/2019 - 05:30
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 28 juin (ANP) -  La motion de censure déposée par l'opposition parlementaire le  lundi 24 juin  et débattue le jeudi 27 juin pendant des longues heures a été rejetée ce vendredi 28 juin  au petit matin, le texte n’ayant recueilli que 37 votes favorables alors que la majorité requise est de 86, a constaté l’ANP.
Au cours des  discussions  qui ont duré plus de  12 heures de temps, les députés de deux camps ont défendu leur position.
Les interventions des  députés de la majorité au pouvoir jugent que cette motion est inopportune en magnifiant les performances du  gouvernement auquel elles  réitèrent leur soutien.
Au Contraire, les élus de l'opposition parlementaire dénoncent  la mauvaise gestion du pays,  estimant que ce gouvernement doit démissionner.
Les débats qui sont retransmis en direct à la radio et le télévision publiques ainsi que la radio de l’assemblée nationale se sont focalisés sur la  question sécuritaire, la gouvernance, entre autres.
Dans son intervention avant les discussions générales,  Le chef du gouvernement a fait valoir " qu'à une semaine de la tenue à Niamey de la conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine et du sommet de lancement de la ZLECAF, le dépôt d'une motion de censure ne semble pas relever d'intérêt pour le Niger".
Le premier ministre a par la suite balayé d'un revers de main toutes les accusations formulées dans cette motion de censure, notant les efforts et l'engagement du gouvernement dans plusieurs domaines. Il a cité les acquis  au plan de la gouvernance, du dialogue politique, de l’accès aux services  sociaux,  en matière  économique,  d’infrastructures, au plan  sécuritaire   et dans le secteur  de l'agriculture et de l'élevage.
Le texte  de cette motion dénonce ‘’ la politique d'exclusion, la gestion patrimoniale et prédation des ressources naturelles au profit d'individus et de clans, la corruption gangreneuse, violation grave de la constitution et des lois de la république ‘’.

Cette motion est la première de la 2ème législature de la 7ème République visant le premier ministre  Brigi en place depuis avril 2011.
L’assemblée de 171 membres est dominée par la majorité parlementaire avec 135 élus contre 35 pour l’opposition parlementaire.

AIO/CA/ANP- 00159 Juin 2019

Text Resize

-A A +A
ANP HONEY POT