Agadez : report au 19 février de la comparution des activistes opposés au transfert du générateur

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le mer, 06/02/2019 - 12:01
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Agadez, 5 fév (ANP) –  La comparution des six activistes  interpellées à Agadez le 28 janvier pour s’être opposés  au transfert d’un générateur électrique d’Agadez à Niamey prévue ce  5 février a été reportée au 19 février,  a confié à l’ANP le Procureur près le tribunal de grande instance d’Agadez M.Seyni Saidou.
Ils doivent répondre des chefs d’accusation d’ ‘’attroupement pouvant troubler la tranquillité publique’’,   « attroupement non armé suivi d’effets »,  « opposition à l’exécution des travaux publique’’ et   ‘’rébellion’’.
A l’appel des acteurs de la société civile, des habitants de la ville d’Agadez dont des femmes s’étaient   massés aux abords de la centrale de la Nigelec, à la périphérie de la ville où était entreposé le générateur.
18 personnes avaient été interpellées aux premières heures de la manifestation.
Dans un post sur les média sociaux, le maire de la ville d’Agadez avait qualifié de ‘’spoliation’’ cette opération.
Le camion devant transporté l’engin était resté bloqué, toute la journée avant une intervention des forces de l’ordre au petit matin de dimanche 26 janvier. Le groupe électrogène en question va servir dans le cadre de la coupe d’Afrique des Nations de moins de 20 ans en cours à Niamey et Maradi- 3-17 février.
Le groupe électrogène sera ramené à Agadez au plus tard en fin février, après avoir été dépanné pour renforcer les capacités du stade national qui accueillera les compétitions de la CAN  junior à Niamey, a assuré le Directeur général de la Nigelec, Alassane Halid, affirmant que ‘’nous avons été envahis par la population d’Agadez qui est venue subitement encerclée la centrale de la ville’’.
Il a fait observer  que le déplacement d’un générateur  en panne ou en sous capacité est ‘’activité quotidienne’’.
Il a annoncé que 12 quartiers de la ville bénéficieront des extensions du réseau et des financements supplémentaires sont en cours de mobilisation pour la couverture six autres quartiers et villages périphériques de la ville, notant que  les travaux de construction de la 1ère centrale hybride de 19 mégawatts dans cette zone -sur financement de l’Union Européenne, NDLR- sont en phase de démarrage.
Cette ville du Nord alimentée à partir de la centrale thermique de la Société nationale du Charbon est sujette à des blackouts fréquents en raison de l’obsolescence des installations de cette société
Le Niger  qui est fortement dépendant de l’importation de l’énergie  mise sur le solaire avec des nombreux projets  en cours et l’hydroélectricité avec la construction du méga barrage de Kandadji.
Le pays affiche l’un des taux  les plus bas de la sous-région et du monde d’accès à l’électricité de 12,22% en 2017 et cela avec  des fortes disparités ville/village, selon les chiffres officiels.
AH-CA/ANP- 0026 –février 2019

ANP HONEY POT