35 médias bénéficient Plus de 290 millions au titre de fonds d’aide à la presse 2016 et 2017

Text Resize

-A A +A
Soumis par lawan le jeu, 08/11/2018 - 16:50
Version imprimableEnvoyez par emailVersion PDF

Niamey, 08 Nov (ANP) – 35 média privés nigériens ont bénéficié jeudi à Niamey  de  290 millions et demi de FCFA au titre de fonds d’aide à la presse pour les années 2016 et 2016, a annoncé le Président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) Dr Sani Kabir au cours d’un point de presse.
Il s’agit 88 millions FCFA au titre de l’année 2016 et deux cent deux millions  cinq cent mille (202.500.000 F CFA) au titre de l’année 2017, a-t-il précisé.
En 2016, c’est un total de trente-cinq (35) dossiers qui ont été réceptionnés dont,  dix-huit (18) journaux, neuf (9) radios, neuf (9) télévisions.
Pour les fonds 2016-2017, distribués sur la base de l’ancienne loi, compte tenu des réelles difficultés que rencontrent les organes de presse de manière générale, a fait valoir Dr Kabir.
Pour l’année 2016,  35 medias ont bénéficié  de 24.000.000 F CFA  dont  13 hebdomadaires se partagent 17.000.000 F CFA, le bihebdomadaire ‘’EVENEMENT’’  reçoit la somme de 2.000.000 F CFA, le quotidien ‘’L’ENQUETEUR’’ a reçu la somme de 2.500.000 F CFA, deux bimensuels (Niger Times et Toubal Info) se partagent  1.800.000 F CFA et enfin le mensuel ‘’Niger Inter’’ a reçu la somme de 700.000 F CFA.
La répartition du fonds d’aide à la presse « radios » au titre de cette année 2016, est une enveloppe de   24.000.000 F CFA, répartie  entre huit radios de la place.
Neuf  télévisions  privées se sont vues attribuées  la somme de 40.000.000 F CFA pour cet exercice.
Au titre de l’appui  de 2017, deux  quotidiens, un bihebdomadaire, 16 hebdomadaires, deux bimensuels et un mensuel ont reçu environ 70 millions ;  neuf  radios ont bénéficié de 60 millions  alors  que  neuf chaines de télévision se sont reparties une enveloppe de 100 millions de FCFA.
« le  CSC a décidé que toute entreprise de presse ayant déposé son dossier, puisse bénéficier de ces fonds et cela  proportionnellement aux notes obtenues par chaque requérant et par années d’exercice »,  a justifié  Dr Kabir Sani.
Pour attribuer les notes et affecter les fonds aux medias,
Le Conseil Supérieur de la Communication a affecté des notes et le fonds  sur des critères bien précis, a détaillé le président de l’institution :  pour la presse écrite, un total de 14 critères ont été retenus dont entre autres : être constitué en société de droit nigérien et disposer d’un NIF et d’un registre de commerce, avoir comme Directeur de Publication un journaliste professionnel détenteur d’un contrat de travail et détenteur de la carte de presse, être à jour de ses obligations fiscales, assurer à son personnel une protection social légale (CNSS), respecter l’éthique et déontologie, et faire le dépôt légal au CSC aux Archives Nationales  et au Parquet.
Pour les medias audiovisuels,  il s’agit  un total de 13 critères dont   entre autres  avoir  un  numéro identification  fiscale(nif) et un Registre du commerce et de crédit mobilier  (rccm);avoir une autorisation du CSC, payer ses redevances d’exploitation  au bureau nigérien des droits d’auteur (bnda), et consacrer 65% de son programme à l’information politique, sociale, culturelle ou sportive, a-t-il expliqué.

Au cours de ses travaux, le Conseil Supérieur de la Communication a tenu à faire des recommandations aux organes des médias, dont entre autres, la détention  de la carte de presse et  le respect du dépôt légal.
Enfin,  le CSC a rappelé le souhait exprimé à l’endroit du gouvernement « pour qu’il rehausse la subvention aux organes de presse compte tenu de leur nombre de plus en plus croissant ».
« C’est la dernière fois que cette procédure est appliquée, car au terme de la nouvelle loi, notamment  la loi du 16 mai 2018,  le fonds d’aide à la presse est destiné à la formation des journalistes et à l’acquisition des équipements pour les entreprises de presse », a notifié le Président du CSC.
En outre, le soutien aux entreprises de presse est dorénavant indirect, selon cette nouvelle loi, et en  aucun cas il ne peut concerner le fonctionnement courant de celles-ci.
Le CSC est une autorité  indépendante chargée de garantir la liberté de presse et de veiller à l’indépendance des médias.
HA/MHM /CA/ANP -   0029  Novembre 2018

ANP HONEY POT